/news/health
Navigation
Il loue la maison d'un ex-dirigeant de SNC

Le directeur général habite la maison d'un ex-dirigeant de SNC-Lavalin

Son proprio ciblé par les policiers
photo le journal de montréal, PIERRE-PAUL POULIN La luxueuse résidence de l’avenue McDouglas où habite Christian Paire.

Coup d'oeil sur cet article

Le directeur général du CHUM, Christian Paire, habite depuis quelques années dans une maison appartenant à Sami Bébawi et sa femme. Ancien haut dirigeant de SNC-Lavalin, Bébawi est dans la mire des autorités suisses et de la GRC pour des allégations de corruption.

Le directeur général du CHUM, Christian Paire, habite depuis quelques années dans une maison appartenant à Sami Bébawi et sa femme. Ancien haut dirigeant de SNC-Lavalin, Bébawi est dans la mire des autorités suisses et de la GRC pour des allégations de corruption.

Selon les informations obtenues par notre Bureau d’enquête, Christian Paire a emménagé dans cette maison d’Outremont peu de temps après avoir signé son contrat au CHUM, en 2009.

M. Paire est un citoyen français qui a été recruté à Rouen pour diriger le plus gros hôpital francophone du Québec.

C’est le président de la Fondation du CHUM, Ékram Antoine Rabbat, qui aurait servi d’intermédiaire entre lui et Bébawi.

La luxueuse résidence de l’avenue McDougall, évaluée à 1,1 million $, a été habitée de 2000 à 2006 par Sami Bébawi et sa deuxième femme, Marie-Claude Duhamel. Il l’a conservée, même s’il a déménagé dans une nouvelle résidence en 2007.

Proche de Ben Aïssa

Jusqu’à la fin 2006, Bébawi était un des bras droits de Jacques Lamarre, le grand patron de SNC-Lavalin, en tant que vice-président responsable de la construction.

Il était alors le supérieur de Riadh Ben Aïssa, celui-là même qui a été arrêté l’an dernier par les autorités suisses pour corruption, escroquerie et blanchiment d’argent.

Ben Aïssa a également été accusé au Québec pour avoir joué un rôle dans les pots-de-vin de 22 millions $ versés par SNC-Lavalin à d’anciens hauts dirigeants du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

Le consortium formé par SNC-Lavalin a décroché le contrat évalué à plus de 1,3 milliard $ pour la construction du nouvel hôpital de la cour Glen. La firme a aussi obtenu plusieurs mandats du CHUM depuis le début des années 2000.

Perquisition

Or, les autorités suisses et la GRC s’intéressent aujourd’hui de très près à Sami Bébawi. En début d’année, il a été interrogé par les autorités suisses. Selon le Globe and Mail, une perquisition a aussi eu lieu dans sa résidence de Montréal au début de février.

Son nom est également indiqué dans le mandat utilisé lors de la perquisition du quartier général de SNC-Lavalin en avril 2012. On le lie alors au projet Great Man-Made River en Libye. Ce projet visait à tirer de l’eau des profondeurs du désert pour l’acheminer vers les régions habitées.

Pas de commentaires

Malgré tous les reportages traitant de Sami Bébawi et de son implication présumée dans des affaires de pots-de-vin et de détournements de fonds en Afrique du Nord, Christian Paire est demeuré dans la maison de l’avenue McDougall jusqu’à maintenant.

M. Bébawi a donné la maison à sa femme en avril 2012.

Jointe au téléphone, Marie-Claude ­Duhamel a refusé de donner sa version. Elle nous a plutôt renvoyés au réputé avocat Raphael Schachter, embauché pour la représenter avec son mari. Nos questions envoyées à Me Schachter par courriel sont restées lettre morte.


► Il a été impossible de parler à Sami Bébawi. Aucune accusation criminelle n’a été portée contre lui.

► Le CHUM assure que M. Paire a un bail en bonne et due forme et qu’il peut le prouver avec des documents cette semaine. On nous assure qu’il n’a pas reçu d’avantages en échange.


Vous avez de l’information à ce sujet ?

Appelez-moi au 514 591-5844 ou écrivez-moi par courriel à ericyvan.lemay@quebecormedia.com

Il donne ses maisons
Selon les documents notariés consultés par le Bureau d’enquête, Sami Bébawi a donné à sa femme la résidence habitée par M. Paire quelques jours après l’arrestation de Riadh Ben Aïssa en Suisse et la perquisition des bureaux montréalais de SNC-Lavalin par la GRC.
La même journée, le 25 avril 2012, il a également donné sa maison de la rue Stanley à une fiducie dont il était l’un des bénéficiaires. Il a fait de même pour une résidence secondaire située à Brownsburg-Chatham.
Trois maisons bloquées
Une ordonnance de blocage a été émise contre trois propriétés appartenant à des proches de Sami Bébawi. Les ordonnances ont été émises le 2 mai dernier par un juge de la Cour du Québec.
Deux de ces résidences sont situées à Montréal et une autre à Saint-Lambert. Cette ordonnance a été émise à la suite d’une demande présentée par un agent de la GRC en avril dernier. Selon les ordonnances, des montants totalisant 1,8 million $ ont été déboursés entre 2008 et 2010 pour des paiements sur ces immeubles ou sur l’hypothèque s’y rattachant.
Qui sont-ils ?
Christian Paire
Directeur du CHUM depuis juin 2009, il a été repéré en France par un chasseur de têtes de la firme Egon Zehnder. Avant d’arriver au Québec, il a dirigé le CHU de Rouen pendant sept ans. Il a aussi travaillé comme directeur du personnel aux Hôpitaux de Paris.
Ékram Antoine Rabbat
Président-directeur général de la Fondation du CHUM depuis 2005. C’est lui qui aurait joué le rôle d’intermédiaire entre Sami Bébawi et Christian Paire pour la location de la maison.
Sami Bébawi
Ancien vice-président chez SNC- Lavalin. Il était le supérieur immédiat de Riadh Ben Aïssa. Il a été interrogé par les autorités suisses pour des histoires de pots-de-vin et son domicile a été perquisitionné par la GRC. Il était propriétaire de la maison louée par Christian Paire avant de la donner à sa femme en avril 2012.
Riadh Ben Aïssa
Il a succédé à Sami Bébawi comme vice-président chez SNC-Lavalin. En Suisse, il est accusé de corruption, escroquerie et blanchiment d’argent. Une partie de l’argent détourné par le biais d’une entreprise en Suisse aurait été envoyée dans des comptes appartenant à Sami Bébawi. Il a également été ­accusé dans le dossier des présumés pots-de-vin de 22 millions $ versés à de hauts dirigeants du CUSM par SNC-Lavalin.
Commentaires