/news/currentevents
Navigation
Trois-Rivières

«Crash» simulé à l’aéroport de Trois-Rivières

Coup d'oeil sur cet article

Question de mettre à l’épreuve les plans de mesures d’urgence de la Ville et de l’Aéroport de Trois-Rivières, la piste est devenue le théâtre du plus important exercice de sécurité civile de l’histoire de Trois-Rivières le 23 mai dernier.

Jeudi, 13 heures, Aéroport de Trois-Rivières. Un avion transportant une quarantaine de passagers décolle. Au même moment, un petit appareil de type Cessna, qui éprouve des difficultés, tente un atterrissage d’urgence. Les deux aéronefs se touchent. Le moyen-porteur s’écrase en bout de piste alors que le monomoteur atterrit de peine et de misère sur l’autoroute 40.

Voilà le scénario auquel s’est mesuré une centaine de premiers répondants, policiers, pompiers, ambulanciers et coordonnateurs de la sécurité civile, le 23 mai.

Sous une pluie torrentielle, des membres du personnel de l’aéroport ont accouru au pied de l’appareil, où gisaient plusieurs figurants, blessés et appelant à l’aide.

Quelques minutes plus tard, pompiers et ambulanciers sont arrivés sur les lieux. Comme le scénario prévoyait une fuite d’essence, les intervenants du ministère de l’Environnement étaient aussi de la partie.

Travail d’équipe

«On croit que nos plans de mesures d’urgence sont bons, mais tant qu’on ne les met pas à l’épreuve, on ne peut pas connaître leurs forces et leurs faiblesses», explique le directeur des communications de la Ville, François Roy.

Aussi, un des grands défis que pose ce genre de catastrophe est la coordination entre les différentes organisations appelées à intervenir. «Tout le monde est capable de faire son travail, souligne M. Roy. Mais est-on capable de jouer en équipe ? C’est pour répondre à cette question qu’on est ici aujourd’hui.»

En plus des pompiers et des policiers de Trois-Rivières, la Sûreté du Québec, le Centre de santé et services sociaux et son Centre hospitalier régional, l’Agence de la santé, la Direction régionale de la sécurité civile, le ministère de l’Environnement et Transports Québec ont eu un rôle à jouer dans l’exercice.

 

Commentaires