/misc
Navigation

Nos auteurs

Nicolas LachanceSteve TremblayStéphane MartineauSteeve MonnièrePierre-Olivier CorbinGabriel Talbot-LachanceFrançois JeanÉtienne RichardDidier OuelletAntoine Corbin

On jase : la guerre des jeux usagés - Prise 2

Coup d'oeil sur cet article

À l'aube de l'E3, alors que le magazine Wired a plutôt confirmé le fait que la Xbox One fera la guerre et que la campagne #PS4noDRM fait rage, je reviens sur la discussion dont je vous avais fait part plus tôt cette année à propos des jeux usagés et du mal que ceux-ci engendraient à l'industrie. Alors que mon article précédent parlait principalement des contres, j'ai voulu me replonger dans le sujet en pensant principalement aux pours, que vous avez d'ailleurs été plusieurs à mentionner.

Revenons-en d'abord aux faits : cette nouvelle politique rendra impossible l'achat, la location ou l'échange de jeux usagés sans engendré des frais qui reviendraient pratiquement à acheter un jeu neuf, voir même plus (si on achète le jeu usagé à 35$ et on doit payer 30$ de frais d'activation sur une deuxième console, par exemple). De prime abord, l'idée peut sembler respectable et même compréhensible étant donné l'argent que les revendeurs de jeux font sur le dos des compagnies. Mais n'est-ce pas détruire l'aspect social et l'esprit de groupe du monde du jeu vidéo?

J'essais de me souvenir du plus loin de mes souvenirs de gamer. Quand on passait nos soirées à jouer à Mario Bros sur le Nintendo, puis à Chrono Trigger sur le Super Nintendo et ainsi de suite. Combien d'entre vous ont échangé des cassettes dans la cour de récréation pour le week-end afin de découvrir un nouveau Monde? De mon côté, je me souviens que bien souvent, le samedi après-midi, ma mère nous amenait au club vidéo du village d'à côté afin qu'on puisse y louer un jeu chacun, mon frère et moi. Combien de découvertes ont été faites dans ce club vidéo? Des jeux comme Secret of Mana, Final Fantasy 7 ou bien Tales of Destiny qui n'auraient jamais vue le jour dans nos bibliothèques si ça n'avait pas été du fait qu'on l'avait essayé avant de se le procurer. Qu'est-ce que ces souvenirs auraient été si, comme pour les générations de gamer à venir (je pense, par exemple, aux enfants de Steve, ou bien à mon filleul) lorsque l'industrie interdit le partage des jeux? Nous n'avions pas toujours l'argent pour nous procurer les jeux neufs (ou payer une prime d'un montant ridicule sur un jeu usagé), et je ne crois pas que la situation financière des familles le permet plus aujourd'hui. Alors que l'industrie du jeu ne se porte pas à son meilleur et que les grands studios frappent à coup de licenciement massif, n'est-ce pas un peu creuser sa tombe que d'empêcher la future génération de gamer de découvrir les jeux sans payer une fortune? Est-ce que les jeux vidéos sont rendus un luxe que seuls les plus fortunés pourront se permettre?

Parce qu'on a beau dire, les jeux vidéos neufs, ce n'est pas donné. Lorsque l'on vit sur son petit budget d'étudiant serré et qu'on a le choix entre faire son épicerie ou acheter le dernier sorti, le choix devrait être logique. La location d'un jeu ou l'achat usagé devenaient une option intéressante à ce moment-là, et ça n'équivaut pas nécessairement à une vente perdue. Pour le lol, j'ai décidé de fouiller dans mes jeux et de faire le top 3 des jeux que je n'aurais jamais achetés si je n'avais pas pu me le procurer usagé, faire l'essai en location ou l'avoir testé via un ami, ainsi que les répercutions que ces actions ont eu.

Okami Un de mes jeux favoris (définitivement dans mon top 3 de best game ever!) que j'ai découvert lors d'une location, parce qu'il n'y avait « rien d'autre » et que ça avait l'air l'fun. Alors que je n'avais jamais entendu parler de ce jeu auparavant, je suis littéralement tombé en amour. Le plus pour l'industrie : Suite à mon amour inconditionnel pour ce jeu (que j'ai bien évidemment acheté), j'ai acheter la « suite » sur NintendoDS, Okamiden, neuf.

Bayonetta Sortie en 2010, je n'étais de prime abord vraiment pas intéressée par le jeu. Un trailer démontrant une fille beaucoup trop sexy avec des guns qui fait des bruits un peu louche? Pas pour moi du tout, non merci! Et pourtant, j'ai fini par louer le jeu « juste pour rire ». Résultat? Un jeu d'aventure et d'action vraiment intéressant dans un monde intrigant et une twist fun. Et ben! Le plus pour l'industrie : Non seulement je me suis procuré le jeu, j'ai aussi littéralement acheté une Wii U uniquement parce que l'annonce d'un Bayonetta 2 exclusif pour la console a été annoncée. No joke.

Heavy Rain D'un style nouveau genre, je n'avais pas l'argent pour l'acheter neuf, je l'ai donc loué pendant mes vacances en 2010. J'ai tellement été captivée que j'ai fait le platine en 3 jours. Le plus pour l'industrie : Je ne l'ai pas acheté puisque j'avais déjà fait le tour à 100%, par contre, j'ai tellement casser la tête à mes amis et ma famille à propos de ce jeu-là que la plus part l'on acheté, notamment ma belle soeur qui ne joue pratiquement jamais aux jeux vidéos. D'ailleurs, je compte bien mettre la main sur Beyond Two Souls, fait par les mêmes développeurs.

Cela n'inclus même pas les Final Fantasy, Suikoden, Wild Arms, Pokémon, Legend of Zelda ou Kingdom Hearts que j'achète pratiquement systématiquement, car j'ai eu la chance de les découvrir, dans mon enfance, via des locations, des amis ou des membres de ma famille (allo, mon frère!) et que j'ai aussi fait découvrir à d'autres gens durant mon adolescence et ma vie d'adulte. Je sais, par contre, que si je dois payer une fortune pour les jeux des futures consoles, j'investirai beaucoup moins dans ce passe-temps. Un peu par frustration, un peu par obligation, mais surtout parce que je ne pourrais pas tester à mon gout avant d'acheter. Un démo de 30 minutes est souvent bien peu pour me faire une réelle opinion d'un jeu, et j'irai probablement avec des classiques plutôt que d'essayer « pour le fun » et « parce qu'il n'y a rien d'autre » comme par le passé.

D'ici là, je vais aller louer The Last of Us à sa sortie, un jeu qui promet d'être assez débile (MY GOD, les 10/10 partout?!), mais dont je n'ai pas le budget d'ajouter à ma collection dans l'immédiat. Je vais en profiter avant de devoir commencer à dire « dans mon temps, les jeux vidéo, c'était pas de même ». Et vous, qu'est-ce que ça changera concrètement à vos vies, la « disparition » des jeux usagés?

4 commentaire(s)

Robert Raymond dit :
6 juin 2013 à 13 h 25 min

Je suis bien d'accord avec ca Mary mais le probleme c'est l'acharnement des compagnie sur notre dos , au début cetais du ''get free stuff if you buy new'' reaction des gamers : pourquoi payer pour du dlc deja sur le cd ? Étape numero 2 Season pass (meme si il y a plusieurs defaut et que plusieurs me bouderont pour ca jetais d'accord avec l'idée) mais encore une fois ca a pas passer , maintenant les ''locked game'' je crois que ca passera pas encore , pour un frais de 10$ je comprendrais mais 30$ vraiment il n'y a plus d'avantage a acheter usager

comment une compagnie va produire une nouvelle franchise ?

meme si la compagnie est reconnue ?

Tomb Raider et Sleeping dogs ont ete qualifié de flop par square enix

les gamers vont se garder des sous pour leur jeux fétiche (FF , CoD , Halo , Elder Scroll , Assassin Creed ,etc) et vont délaisser les tentatives pour y aller avec un sure bet

JR dit :
6 juin 2013 à 21 h 09 min

Tes exemples ne sont plus vraiment d'actualités car maintenant on peut essayer les démos des jeux. Donc plus besoin de louer pour découvrir un jeu...

Nicolas Lachance dit :
6 juin 2013 à 22 h 26 min

Les démos parfois peuvent être trompeuses! Pensons à Alien: Colonial Marines!

Marylène Raymond dit :
8 juin 2013 à 17 h 43 min

Bonjour JR. Je suis consciente qu'il y aura des démos de disponible. Par contre, tel que mentionné dans mon article et par Nicolas, les démos des jeux sont souvent trop courts ou pas significatifs du tout du jeu final pour se faire une vrai opinion. À moins, par exemple, de payer un montant pas mois (dans le cas du Playstation Plus, par exemple) pour avoir accès à plus de démos et/ou de plus longs essais. Mais encore une fois, il faut payer.

De plus, lors d'une location, on peut avoir accès au jeu complet pour une fraction du prix, ce que nous n'avons pas avec les démos. Une alternative intéressante lorsque le budget est serré!