/news/currentevents
Navigation

Avenir du mont Royal en suspens

Quels projets pour remplacer les institutions sur le départ ?

Avenir du mont Royal en suspens
Aurèle Cardinal, architecte

Coup d'oeil sur cet article

Aurèle Cardinal, un architecte important à Montréal, croit qu’il faut éviter de céder à l’appât du gain lorsque les institutions érigées sur le mont Royal déménageront.

Après la migration de ses services vers le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) et le Centre universitaire de santé McGill (CUSM), l’Hôtel-Dieu, le Royal-Victoria et l’Hôpital Shriners pour enfants se videront.

On ne sait pas ce qu’il adviendra de ses bâtiments appartenant au gouvernement du Québec.

Aurèle Cardinal, à qui Montréal doit notamment la Tour IBM, la Tour des Canadiens et l’aménagement du Vieux-Port, s’inquiète de la suite des choses.

Il craint que les bâtiments soient vendus au plus offrant sans considération pour ce qu’ils en feront.

«Ce n’est pas nécessaire de perdre des millions de dollars dans un projet qui pourrait rapporter plus à la Ville en évaluation foncière avec les années.»

En avoir pour son argent

Aurèle Cardinal croit qu’il faut plutôt évaluer les projets d’urbanisme selon le rapport qualité-prix.

Amené à s’exprimer sur les bâtiments autour de la montagne lors du Sommet du Mont-Royal 2013, il croit qu’il faut surtout miser sur la qualité des projets qui mettent en valeur la vue du mont Royal.

L’architecte croit que le plus bas soumissionnaire est aussi le plus paresseux. «Je m’inquiète qu’on prenne toujours le plus bas soumissionnaire, le dernier de classe. Celui qui n’est pas très bon et qui va mettre moins d’effort dans le projet».

Comment créer une ville intéressante de cette façon, se demande-t-il? «On ne va pas vivre dans une ville parce qu’elle n’a pas coûté cher à construire».

Une montagne pour tous

L’Université McGill souhaite acheter le Royal-Victoria, mais la route est longue avant qu’elle ne l’obtienne. Sa capacité de payer a été mise en doute lors du Sommet du Mont-Royal 2013.

Les acheteurs ne pourront pas faire des travaux d’agrandissement qui dépasseraient les espaces qu’occupent les institutions.

Louise Harel, chef de Vision Montréal, espère que les locaux de l’Hôtel-Dieu répondent aux besoins des personnes âgées. «Il faut que ça devienne un hôpital multifonctionnel.» Elle souhaiterait y voir s’installer des résidences mixtes pour personnes âgées et autonomes.

Pour Richard Bergeron, chef de Projet Montréal, «ce qui doit être exclu, c’est la privatisation spatiale. Il faut garder les sentiers libres.»

 

Commentaires