/news
Navigation
Baccalauréat obligatoire

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec s'oppose

Infirmière
Photo Daniel Gauthier / Agence QMI Le projet de rehaussement de la profession infirmière n’est pas sans inquiéter le milieu collégial. Sur la photo, Denise Gagnon, directrice du programme de science infirmière au Cégep de Jonquière.

Coup d'oeil sur cet article

En réaction à la proposition de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) d’imposer le Bac obligatoire à l’exercice de la profession, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) a demandé, lundi, le maintien du DEC et du DEC-Bac.

«C’est un modèle qui est pragmatique et rassembleur, a expliqué la présidente de la FIQ, Régine Laurent. Il permet de dénouer les impasses générées par le modèle de l’OIIQ.»

La FIQ demande entre autres «le maintien de toutes les voies actuelles pour accéder à la profession d’infirmière» et demande au gouvernement provincial d’«investir pour soutenir le rehaussement de la formation».

«Nous demandons aussi l’amélioration de la formation collégiale pour qu’elle devienne davantage qualifiante, tant pour le marché du travail, que pour l’accessibilité à la formation universitaire», a ajouté Mme Laurent.

La Fédération des cégeps est d’accord avec le rehaussement des qualifications des infirmières, mais croit qu’il faut «analyser tout le spectre des fonctions de travail dans le réseau de la santé», selon le président-directeur général de la Fédération des cégeps, Jean Beauchesne.

L’OIIQ avait déposé, il y a un an, une demande de changement réglementaire pour le rehaussement de la formation de la relève infirmière.

«Au cours des prochaines années, les soins donnés à la communauté, la santé mentale et les soins critiques occuperont la plus large part de l’effectif infirmier, a expliqué la présidente-directrice générale de l’OIIQ, Lucie Tremblay. Or, ces soins sont enseignés seulement à l’université.»

Selon elle, il ne serait pas possible d’ajouter ces cours à la formation collégiale puisque le programme «est déjà très costaud».

 

Commentaires