/news/politics
Navigation
Maxime Bernier arrêté au volant sans permis

Encore dans l'embarras

Le véhicule que le ministre d'État Maxime Bernier conduisait a été remorqué

Maxime Bernier
Photo d’archives, Didier Debusschère Maxime Bernier.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre conservateur Maxime Bernier a été arrêté dimanche, dans son comté, alors qu’il conduisait le véhicule de sa conjointe sans détenir de permis valide, ce qui a forcé le remorquage immédiat du véhicule.

Le ministre conservateur Maxime Bernier a été arrêté dimanche, dans son comté, alors qu’il conduisait le véhicule de sa conjointe sans détenir de permis valide, ce qui a forcé le remorquage immédiat du véhicule.

Le Journal a appris que le député a été intercepté pour une infraction au Code de la sécurité routière peu après 10 h 30, le 16 juin, sur la route 276, à Saint-Joseph-de-Beauce. Selon les informations obtenues au greffe du palais de justice de la localité, Maxime Bernier se trouvait alors au volant d’un véhicule de la compagnie de Plastique DCN, qui appartient à sa «petite amie»

Au moment de l’intervention, les policiers de la Sûreté du Québec ont constaté que le permis de conduire du ministre d’État à la Petite Entreprise et au Tourisme était sanctionné. Comme la loi le stipule dans de pareils cas, les agents ont ordonné le remorquage immédiat et la confiscation du véhicule.

Amende impayée

Joint par téléphone, l’attaché de presse du député de Beauce, Scott French, a laissé entendre que le permis de Maxime Bernier avait été révoqué pour une «amende impayée» liée à une infraction au Code de la sécurité routière. «M. Bernier ne savait pas que son permis était suspendu, a-t-il signifié par courriel. Lorsqu’il a été mis au courant, il a immédiatement payé l’amende et son permis de conduire a été rétabli», a-t-il ajouté.

À la suite de ces événements, l’entreprise Plastique DCN a déposé une requête pour lever l’ordre de saisie du véhicule. Cette dernière sera débattue aujourd’hui, au palais de justice de Saint-Joseph-de-Beauce. 

Autres cas

Notons que d’autres députés ont récemment commis des infractions au Code de la sécurité routière. La secrétaire parlementaire du ministre des Anciens Combattants, Eve Adams, a reçu une contravention pour avoir omis de faire un arrêt obligatoire. Eve Adams avait confirmé la nouvelle sur son compte Twitter, ajoutant qu’elle avait payé sa contravention, qu’elle ne s’était pas identifiée comme membre du Parlement et qu’elle n’avait pas invectivé le policier.

Mulcair

La députée conservatrice envoyait ici une pointe au chef de l’opposition officielle, Thomas Mulcair, qui a forcé un contrôle de sécurité du Parlement la semaine dernière. Voyant qu’il refusait de s’arrêter, le policier s’était lancé à sa poursuite. Lorsque Thomas Mulcair a arrêté son véhicule, il lui a dit: «Ne savez-vous pas qui je suis?», en plus de le menacer de lui faire perdre son emploi.

La police a par la suite expliqué que Thomas Mulcair a pour habitude de traverser les contrôles, où le personnel de sécurité le reconnaît et le laisse passer. Le policier qui était présent ce jour-là était nouveau et n’aurait pas reconnu le chef du NPD. Le bureau de Thomas Mulcair a parlé d’un malentendu.

Commentaires