/entertainment/shows
Navigation

La renaissance de Serena Ryder

La renaissance de Serena Ryder
Photo courtoisie La chanteuse canadienne Serena Ryder a le vent dans les voiles depuis la sortie de Stompa .

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir gagné son combat contre la dépression, Serena Ryder savoure son triomphe au sommet des palmarès grâce au meilleur des remèdes: la musique.

Après avoir gagné son combat contre la dépression, Serena Ryder savoure son triomphe au sommet des palmarès grâce au meilleur des remèdes: la musique.

En entrevue, Serena Ryder parle avec candeur des années sombres qui ont précédé la sortie d’Harmony, son plus récent disque. Des crises d’anxiété dont elle était victime en 2008 aux pensées suicidaires qui ­occupaient son esprit durant son repos forcé, rien n’est tabou pour l’auteure-compositrice-interprète canadienne, qui connaît depuis quelques mois un succès fulgurant grâce à Stompa, la chanson qui lui a permis d’amorcer sa guérison.

«Elle donne le ton au reste du disque, indique l’étoile de 30 ans. Quand je l’ai écrite, je n’avais qu’une chose en tête: m’amuser. Je voulais vivre le moment présent, reprendre contact avec mon corps, écouter mon cœur... et oublier ma tête.»

Suivre son instinct s’est avéré très payant pour Serena Ryder. Non seulement psychologiquement, mais aussi professionnellement puisque Stompa est devenu son plus grand succès. Aux États-Unis, le morceau a dominé le palmarès AAA pendant huit semaines, permettant à l’Ontarienne d’obtenir un contrat de disque avec Capitol Records, qui ­publiera Harmony en octobre.

D’ici là, elle poursuivra sa tournée avec plusieurs apparitions télé, dont une au populaire Tonight Show de Jay Leno.

«C’est gratifiant de savoir qu’on peut obtenir du succès en restant soi-même. C’est plutôt rare. J’en suis très fière.»

En français

Fait à noter, Serena Ryder a aussi enregistré une version française de Stompa, histoire d’avoir une belle visibilité au Québec. Pour traduire les paroles du titre, la Torontoise a recouru aux services de son amie Maia Davies, membre du groupe montréalais Ladies of the Canyon.

«En tant qu’artiste canadienne, je trouvais ça important de pouvoir chanter Stompa en français.»

La chanteuse a visiblement aimé l’expérience puisqu’elle vient juste d’enregistrer la version française de What I Wouldn’t Do, le deuxième extrait d’Harmony. «Je veux faire entendre ma musique au plus grand nombre de gens possible», explique-t-elle.

Influences jazz

Bien qu’elle verse dans la pop-folk, Serena Ryder aime voir son nom apparaître dans le programme du 34e Festival international de jazz de Montréal, car elle s’est toujours identifiée aux Ella Fitzgerald, Billie Holiday et Sarah Vaughan de ce monde.

Harmony contient d’ailleurs un échantillon du standard d’une ­autre grande prêtresse du jazz, Nina Simone. Les oreilles averties entendront ainsi quelques ­mesures de I Put A Spell On You sur For You. «Ma voix est plus grave que la majorité des chanteuses pop, souligne Serena Ryder. Je me suis toujours sentie à l’aise de chanter du jazz.»


► Serena Ryder en concert au Club Soda, ce soir, à 19h.

Commentaires