/sports/hockey/canadien
Navigation
Canadien | Louis Leblanc

Une feuille blanche pour Leblanc

«Je veux redevenir l’ancien Louis Leblanc»

Coup d'oeil sur cet article

Louis Leblanc aura pour mission de reconstruire sur de nouvelles bases après une saison difficile l’an dernier avec les Bulldogs de Hamilton.

À 22 ans, le choix de premier tour du ­Canadien en 2009 a encore du temps devant lui, mais il a intérêt à se replacer rapidement sur la bonne voie.

«Je dois retrouver mon niveau d’intensité et je veux redevenir l’ancien Louis Leblanc, a affirmé le Québécois lors du premier jour du camp de ­développement du Canadien, hier, à Brossard. Quand je joue bien, j’apporte beaucoup d’intensité, j’amène des rondelles au filet et je suis ­responsable dans les deux sens de la glace. Je ­devrai regagner ma confiance pour y parvenir.»

Ralenti par une blessure à la cheville dans les premiers mois de la saison 2012-2013, Leblanc n’était que l’ombre de lui-même avec les Bulldogs sous la gouverne de Sylvain Lefebvr­e. En 62 matchs, il n’a obtenu que 18 points (10 buts, 8 aides) en plus de présenter un différentiel de -18.

«Comme les entraîneurs me l’ont souvent dit, j’ai fait face à plusieurs accidents de parcours l’an dernier, a-t-il rappelé. Je n’ai pas connu la saison que je voulais. Je suis toutefois sûr que je serai prêt en septembre et je me battrai pour un poste. J’ai déjà prouvé que je peux jouer dans la LNH.»

À sa première saison dans les rangs professionnels, en 2011-2012, Leblanc avait fait une escale de 42 rencontres à Montréal, récoltant 10 points.

La confiance de Lapointe

Martin Lapointe, le directeur du développement des joueurs, n’a absolument pas abandonné avec Leblanc.

«Moi, j’ai appris quand j’étais jeune et Louis ­devra faire la même chose, a souligné Lapointe. Louis est un petit gars qui travaille très fort, il a fait de bons tests physiques ce matin [hier]. Il veut s’améliorer.

«La page est tournée avec lui, c’est un nouvel épisode, a-t-il poursuivi. On recommence avec une feuille blanche. Louis est un excellent hockeyeur. Il ne doit plus penser au passé, il doit simplement regarder le présent. Il est content de se retrouver ici, il veut être parmi les vétérans et guider les jeunes au camp.»

Au cours des derniers mois, l’ancien choix de premier tour a dégringolé au sein de la hiérarchie des attaquants de l’équipe. Conscient de cette ­réalité, il fera tout son possible pour ­remonter la pente.

«Il y a toujours des postes disponibles et des surprises à un camp et ce sera à moi de prouver que je peux faire ma place, a-t-il lancé. Ça fait un mois que je me prépare pour la prochaine saison et j’ai très hâte.»

Beaulieu pense à Montréal

Parmi les autres vétérans à ce camp, il y a également le défenseur Nathan Beaulieu.

Si Leblanc cherche à effacer de sa mémoire sa dernière saison à Hamilton, Beaulieu veut oublier un événement plus récent qui s’est déroulé à l’extérieur de la patinoire. Tout comme son père Jacques, le premier choix du CH en 2011 fait face à deux accusations de voies de fait pour un incident survenu après un tournoi de golf en Ontario, au mois d’avril.

«Je ne peux pas commenter cette histoire, on parle d’un problème personnel, mais ça ne devrait pas affecter mon jeu ou ma saison», a dit Beaulieu.

«Je suis ici pour jouer au hockey et je veux passer un message au Canadien. J’ai comme objectif de faire le saut avec l’équipe dès cette saison.»

Beaulieu, qui a porté l’uniforme du CH pour six rencontres l’an dernier, devrait se retrouver dans une lutte avec Jarred Tinordi, le choix de premier tour en 2010. A priori, Tinordi partira avec une bonne longueur d’avance.

Commentaires