/lifestyle/casa
Navigation
À table avec Thierry

La semaine gourmande de Mariouche Gagné

Mariouche Gagné
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

J’ai connu Mariouche Gagné lorsque nous étions porte-parole de La grande guignolée des médias. J’avais été séduit par cette femme dynamique, et notre rencontre dans le cadre de la semaine gourmande m’a permis d’en apprendre encore davantage sur elle.

J’ai connu Mariouche Gagné lorsque nous étions porte-parole de La grande guignolée des médias. J’avais été séduit par cette femme dynamique, et notre rencontre dans le cadre de la semaine gourmande m’a permis d’en apprendre encore davantage sur elle.

Mariouche m’a confié avec une franchise impressionnante et touchante que dans le monde dans lequel elle évolue, celui de la mode, du design et de la création, il faut parfois prendre des routes bien différentes des préceptes du glamour pour y arriver.

Quelles sont les choses que les gens ne savent pas ou n’imaginent pas de toi?

«Je suis une fille nature, de la nature plus précisément, j’aime le bois, la forêt. J’ai même déjà fait des contrats pendants plusieurs mois dans le Grand Nord pour planter des arbres. Je suis aussi une inconditionnelle de la pêche à la truite et au saumon, j’ai des souvenirs mémorables avec Yvon Plante, propriétaire du fameux hôtel Sacacomie, parti trop tôt dans un accident d’hélicoptère qu’il pilotait.»

Faisiez-vous des festins lors de ces grandes virées?

«Oh oui! Il y avait du beau monde pour faire la fête, c’était surtout la truite que l’on venait de pêcher et du champagne, rien d’autre! Quoi demander de plus pour vivre des moments magiques: la nature, les amis, une bouffe simple et des bulles?», me demande Mariouche, les yeux brillants.»

Est-ce que tu mettais la main à la pâte, cuisines-tu?

«Aïe aïe aïe. J’avais peur de cette question, et pour être honnête, je suis nulle, du moins pour faire de la cuisine élaborée. Les choses simples, salades, bons produits et surtout bons fournisseurs ou traiteurs, ça m’aide beaucoup!», me dit Mariouche en rigolant.

«Le pire, c’est que j’avais fait une liste d’incontournables pour rencontrer l’homme de ma vie, et j’ai trouvé l’homme parfait, même si la liste de critères était immense. En fait, il remplissait tous les critères, sauf un: la cuisine! Lui non plus n’est pas un talent naturel, mais si l’on compare avec moi, il fait beaucoup d’efforts.»

Ça sentait quoi chez toi lorsque tu étais petite?

«La bonne cuisine bourgeoise française que préparaient mes parents, mais aussi les bons plats réconfortants de la cuisine québécoise que nous préparait notre employé de maison. C’était un délice.»

Quels sont tes grands souvenirs culinaires?

«J’en ai tellement! Il faut dire que les voyages que j’ai faits dès un très jeune âge et les nombreux concours de mode m’ont tellement nourrie, dans tous les sens du terme. Paris, Capri, Tokyo, des souvenirs mémorables. J’ai été particulièrement gâtée, parce qu’à cette époque je n’avais pas un sou. C’est une grande chance d’avoir vécu un rêve éveillé, à 19 ou 20 ans, et je suis très reconnaissante.»

Quelle est ta cuisine préférée?

«En ce moment, je fais beaucoup la navette entre la France et l’Italie pour ma collection avec Rossignol, alors tu imagines bien que la cuisine de ces deux pays me comble de bonheur. Vive la bouffe!»

Quelles sont tes bonnes adresses?

«Ma boutique Harricana est située à quelques encablures du marché Atwater, alors j’y ai mes habitudes, comme certains produits de chez Première Moisson, ou les merveilleux fromages de la Fromagerie Atwater de Gilles Jourdonnais. Il y a aussi les restaurants Joe Beef, Imadake et Europea, où j’ai récemment fait de merveilleux repas. Et je suis encore en deuil du restaurant de Kim Thuy, Ru de Nam. C’est une bonne amie, et j’ai tellement aimé son restaurant.»

Ton vin préféré?

«J’aime le vin, j’aime le champagne, les cocktails, la bière... Ça fait pas un peu trop hein? Tu vas me faire une drôle de réputation Thierry!»

Ton restaurant préféré hors Québec?

«Mon restaurant préféré entre tous est un restaurant en Suisse, La Ferme de l’Hospital à Bossey. Le chef est un ami du chanteur Garou et de Marc Bolay de L’Auberge St-Gabriel à Montréal.»

Les aliments que tu aimes le plus?

«Le poisson et les fruits de mer.»

Ton produit fétiche?

«Les produits naturels. Je suis une fille qui aime la nature et le naturel.»

Ta gourmandise coupable?

«Les sushis, j’en mangerais des tonnes.»

Ce que tu ne peux pas manger ou que tu détestes

«J’aime tout. Par contre, je ne suis pas trop junk food.»


Notre rencontre a eu lieu au restaurant Boucan

1886 Rue Notre-Dame Ouest, Montréal

Tél.: 514 439-4555

 

Commentaires