/lifestyle/casa
Navigation

Des faux finis à l’infini

Johanne Bilodeau, c’est elle le Peintre de l’Illusion

Johanne Bilodeau, c’est elle le Peintre de l’Illusion
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Avant même que les faux finis ne connaissent l’engouement qu’on leur connaît, Johanne Bilodeau s’intéressait déjà à cette technique qui permet de transformer en un coup de pinceau et de guenille n’importe quel mur de placo-plâtre en un mur de bois rustique ou même de marbre, ou de donner l’allure d’une porte de grange à ces hideuses sorties de secours d’acier que l’on retrouve dans les immeubles à logements multiples.

Avant même que les faux finis ne connaissent l’engouement qu’on leur connaît, Johanne Bilodeau s’intéressait déjà à cette technique qui permet de transformer en un coup de pinceau et de guenille n’importe quel mur de placo-plâtre en un mur de bois rustique ou même de marbre, ou de donner l’allure d’une porte de grange à ces hideuses sorties de secours d’acier que l’on retrouve dans les immeubles à logements multiples.

Pionnière dans son domaine, Mme Bilodeau, qui est une véritable Peintre de l’Illusion, c’est d’ailleurs le nom de sa petite boutique qui a pignon sur rue au 2489, rue Fleury Est dans l’arrondissement Ahuntsic, a étudié il y a presque un quart de siècle, au prestigieux Institut de Peinture Décorative de Paris. C’est là qu’elle a appris les rudiments de son art, rudiments qu’elle a peaufinés au fil de toutes ces années au cours desquelles elle a même développé des techniques qui lui permettent de réaliser de véritables petits chefs-d’œuvre.

«Que ce soit pour des meubles, des murs et même des plafonds, il n’y a vraiment pas de limite à ce qu’on peut faire que l’on parle de faux marbre, de faux bois et même de faux béton. Je travaille surtout dans le secteur résidentiel (80 % de sa clientèle), mais il arrive parfois que je travaille pour le secteur commercial comme ce fut le cas au restaurant Le Samuel de St-Jean-

Richelieu ou encore pour le Cirque du Soleil qui m’avait demandé de complètement transformer un cercueil pour l’événement Les yeux grands ouverts en 2010», raconte cette passionnée des faux finis.

PRODUIT MIRACLE

Histoire de se simplifier la vie, Johanne Bilodeau a découvert la Chalk Paint, un produit inventé par la Britannique Annie Sloan, une spécialiste des faux finis qui en avait assez de sabler, de décaper et d’appliquer un apprêt sur tout ce qu’elle devait peindre. «Cela permet de créer sans se soucier de préparer la surface. C’est merveilleux, on n’a pas besoin de sabler ni de décaper. Il suffit d’appliquer [ce produit] qui a un fini mât qui ressemble à la craie, d’où son nom. Quand on aura terminé, il suffira d’appliquer une couche de cire claire ou foncée pour protéger le tout», raconte Mme Bilodeau qui offre ce produit miracle aux gens qui rêvent de transformer la commode de ma tante ou de donner du chic et du panache à un mur du salon. Offerte dans une trentaine de couleurs, la Chalk Paint peut être utilisée sur les murs, les meubles et même les planchers. Bien sûr, si on se craint de ne pas être à la hauteur de la tâche, on peut faire confiance à

Johanne Bilodeau, une spécialiste prête à relever tous les défis.

Commentaires