/entertainment/comedy
Navigation

Entre le Québec et la France

Les gags de Nicolas Pinson voyagent d’un continent à l’autre

Entre le Québec et la France
Photo courtoisie La complicité du duo que forment Nicolas Pinson et Sylvain Samson est palpable.

Coup d'oeil sur cet article

Impossible, pour Nicolas Pinson, de choisir entre la Belle Province et l’Hexagone. Il a plutôt décidé de courir les deux lapins à la fois et ça lui réussit. La carrière du comédien et humoriste est en pleine expansion, chez nous, comme chez les Français.

Impossible, pour Nicolas Pinson, de choisir entre la Belle Province et l’Hexagone. Il a plutôt décidé de courir les deux lapins à la fois et ça lui réussit. La carrière du comédien et humoriste est en pleine expansion, chez nous, comme chez les Français.

Pour trois soirs seulement, la semaine dernière, le duo Les GarSon présentait son spectacle Qui a tué Bip-Bip? au Théâtre Sainte-Catherine, dans le cadre de Zoofest. Sketches mêlant le théâtre à l’humour absurde, le trash et le burlesque, les GarSon ne font pas dans la dentelle. «J’ai un côté très dark. J’aime l’humour qui frappe, les images fortes», explique Nicolas Pinson.

Né au Québec d’un père français et d’une mère québécoise, le comédien a étudié le théâtre à Sainte-Thérèse avant de s’envoler pour la France à la découverte de ses origines. C’est là qu’il a fait la connaissance de Sylvain Samson, avec qui il forme maintenant les GarSon. Sur scène, ils ont une complicité hilarante. «On est comme deux gamins qui s’amusent à faire des mauvais coups, raconte-t-il. C’est rare que tu rencontres quelqu’un qui partage ta folie.»

Trop trash pour la télé

En avril dernier, le duo s’est fait remarquer à l’émission française On n’demande qu’à en rire, diffusée sur France 2. Ils y ont présenté un numéro où deux vieillards exécutent une danse qui tourne mal et se termine par une fracture ouverte. Les juges de l’émission ont détesté. «Pour la télé française de grande écoute, c’était trop trash, concède Nicolas. Ça ne plaît pas à tout le monde. On ne le fait pas pour le grand public. On n’est pas des méchants garçons, mais j’aime voir jusqu’où on peut aller. C’est du grand burlesque», dit-il.

Des projets plein la tête

Dès l’automne, Nicolas retournera en France pour présenter Qui a tué Bip-Bip? à Paris. Il profitera de son passage dans l’Hexagone pour tourner dans une nouvelle série intitulée France Kbek. La série, qui sera diffusée sur OCS, a été imaginée par les deux comédiennes québécoises Marie-Ève Perron et Lily Thibault.

De notre côté de l’Atlantique, Nicolas est en train de monter un projet de websérie dont il a très hâte de pouvoir parler. «On a déjà un diffuseur au Québec, ça sent très bon», dit-il. La série s’inspirera de sa vie. «Ce sera un peu comme un dîner de cons inversé», explique le comédien, qui ne peut donner plus de détails pour l’instant.

Commentaires