/news/education
Navigation
Éducation | Ministère

Le ministère de l’Éducation a distribué des diplômes d’études secondaires avec une faute grammaticale

Le ministère de l’Éducation a distribué 130 000 diplômes d’études secondaires mal accordés

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir étudié sans répit pendant cinq ans pour réussir leur secondaire, Andréanne et Gaëlle Graton n’en reviennent tout simplement pas: le ministère de l’Éducation vient de leur remettre un diplôme qui comporte une faute.
Photo Le journal de montréal, BEN PELOSSE
Andréanne et Gaëlle se sentent insultées d’avoir reçu un diplôme d’études secondaires comportant une faute grammaticale. Le mot «soussignées» aurait dû être écrit au masculin pluriel et non au féminin pluriel.

Après avoir étudié sans répit pendant cinq ans pour réussir leur secondaire, Andréanne et Gaëlle Graton n’en reviennent tout simplement pas: le ministère de l’Éducation vient de leur remettre un diplôme qui comporte une faute.

«C’est insultant», lancent les deux finissantes du Collège Laval, visiblement déçues.

Et elles risquent de ne pas être les seules, car Québec avoue maintenant avoir distribué pas moins de 130 000 diplômes où le terme «soussigné» est mal accordé.

«On a été sous le choc, raconte Gaëlle. Nos enseignants ont tellement misé sur la qualité du français pendant nos études que c’est rendu qu’on regarde mécaniquement tout pour voir s’il y a des fautes. Ma sœur et moi avons vu l’erreur en même temps. On s’est regardées en se demandant si on avait mal vu.»

Mais elles n’ont pas de problèmes de vision. Sur le diplôme, on peut bien lire: Nous soussignées attestons que (nom de l’élève) a satisfait en 2013 aux conditions prescrites par la loi.

Or, les deux signataires sont la ministre de l’Éducation, Marie Malavoy, et son sous-ministre, Bernard Matte.

Étrange, dit l’Office de la langue française

Contacté par le Journal, l’Office québécois de la langue française a confirmé que le mot «soussignées» avait été mal écrit.

«On parle d’un homme et d’une femme. Le mot soussignées aurait donc dû être écrit au masculin pluriel et non au féminin pluriel, signale Denis Juneau, de l’Office. C’est étrange. On dirait que les signatures ont été changées sans que l’on revoie le texte, pensant que ça ne changerait rien. Or, le texte aurait dû être relu de toute façon.»

Andréanne et Gaëlle ne décolèrent pas: le ministère de l’Éducation n’aurait jamais dû faire une telle erreur.

«C’est si simple. C’est niaiseux. On apprend ça en secondaire I», glisse Andréanne.

«Si on avait fait une faute comme ça à l’école, on aurait eu l’air ridicules, renchérit Gaëlle. Dans une dictée, on nous aurait enlevé 5% parce que c’est une des règles les plus simples.»

Enseignants choqués

Plus tôt cette semaine, les deux sœurs se sont empressées de publier un commentaire à ce sujet sur les réseaux sociaux. Quelques-uns de leurs enseignants ont vivement réagi sur Facebook.

«Et dire que ce ministère évalue la compétence des élèves de 2e et 5e secondaire en écriture....Oupelaille!!!! Je me sentirais un peu mal», a notamment commenté une enseignante de français.

«Bravo à ces deux élèves», a aussi écrit un autre membre du corps professoral.

Les sœurs Graton espèrent que cet incident aidera la population à changer sa perception de la jeunesse.

«On dit toujours que le français est menacé, lance Gaëlle. On cible les jeunes en disant qu’ils ne se préoccupent pas de la qualité de leur langue.»

«Disons que nous n’avons pas le meilleur exemple pour nous inspirer...»

 

Commentaires