/news/currentevents
Navigation
LAC-MÉGANTIC

Lac-Mégantic : des milliers de documents retrouvés intacts dans une chambre-forte

Le contenu entier de la chambre-forte d'un bureau de notaire a été découvert intact

Coup d'oeil sur cet article

Un coffre-fort fait durant les années 50 a miraculeusement résisté à la catastrophe de Lac-Mégantic, sauvant ainsi des milliers de précieux documents pour l’avenir des Méganticois.

Contrairement à ce qui avait été véhiculé lors des derniers jours, une partie de l’histoire notariée de Lac-Mégantic a été sauvée.

Représentant l’un des seules structures toujours debout tel un symbole de résistance au cœur du désastre, la chambre-forte sécurisée du bureau de notaires Veilleux et associés a été retrouvée intacte dans ce trou noir qu’est devenu le centre-ville de Mégantic.

Il renfermait près de 100 000 actes notariés appartenant aux Méganticois. Il s’agit d’actes signés par quatre générations de notaires de la famille Veilleux et de leurs associés depuis 1911.

Le bureau abritait aussi une autre chambre-forte qui a été réduite en cendres, mais les plus importants documents, dont les testaments, étaient situés dans le voute épargnée.

« C’est un petit miracle », a lancé, très émotif, le notaire à la retraite André Veilleux, qui a passé une grande partie de sa vie dans ce bureau de la rue Frontenac. C’est sa fille, la notaire Andréanne Veilleux, qui a pris le relai de l’entreprise familiale depuis quelques années.

Cette dernière a d’ailleurs été invitée à assister à l’ouverture de la chambre-forte par les intervenants dans la zone sinistrée. S’étant fait dire par les pompiers que les coffre-forts des autres commerces n’avaient pas tenu le coup, elle et son père croyaient déjà devoir oublier 102 ans de travail de leur famille.

Rare réjouissance

La réaction d’Andréanne dans le vidéo ci-joint représente enfin l’un des rares moments de réjouissances qu’il a été possible d’observer depuis le passage du train de l’enfer. Pleurant de joie, Mme Veilleux a découvert que les précieux documents avaient été sauvés.

« C’est le travail de toute une vie et celle de mon père qui était là. C’est aussi une partie de la vie de plusieurs Méganticois qu’on conservait », explique le notaire à la retraite. « Nous aurions été obligé de repartir à zéro. On aurait fait quoi ? On aurait dit quoi à nos clients ?».

Le coffre-fort a été fait construire par le grand-père d’Andréanne en 1958. Bâti avec des briques anti-feu, il devait résister à une chaleur de 1200 degrés Celcius durant une à deux heures. Il a été incendié durant quatre heures à près de 3000 degrés. « Personne ne comprend vraiment, même les pompiers, c’est pour ça qu’on se dit que c’est un miracle», a expliqué M. Veilleux, qui pleure le départ de plusieurs de ses proches.

Au cœur du désastre

La rivière de pétrole carbonisé a pourtant anéanti son bureau et complètement fait fondre l’asphalte de la rue Frontenac. «Quelques jours après le drame, on avait encore les deux pieds dans l’huile en avant du bureau», a ajouté M. Veilleux, qui souhaiterait maintenant sortir de ce «film» pour se relever avec sa communauté.

Rien ne permet d’assurer que tous les documents sont en parfait état, mais un panier de plastique situé dans la chambre-forte a été retrouvé intact, ce qui donne un indice sur la résistance du coffre-fort. André Veilleux explique toutefois que leurs clients devront patienter avant de s’informer sur leurs documents. « Il faudra prendre le temps d’évaluer l’état et voir à quel point on pourra les manipuler ».

Commentaires