/sports/football/alouettes
Navigation
Alouettes

Danny Maciocia à l’entraînement

Popp rêve d’un vrai centre d’entraînement
photo le journal de montréal, pierre durocher Danny Maciocia et Jim Popp.

Coup d'oeil sur cet article

Si les Alouettes de Montréal devaient s’incliner jeudi contre les Eskimos d’Edmonton, plusieurs observateurs réclameraient la tête de Dan Hawkins ou celle du coordonnateur offensif Mike Miller.

Les rumeurs, déjà fortes, ont augmenté d’un cran mardi alors que Danny Maciocia s’est pointé à l’entraînement des «Moineaux», qui ont une fiche de 1-3 depuis le début de la saison. Il ne va pas s’en dire que la présence de l’entraîneur des Carabins de l’Université de Montréal a fait drôlement jaser.

Assis dans les gradins du stade Hébert de l’arrondissement de Saint-Léonard, là où il a fait ses débuts comme instructeur de football avec l’organisation des Cougars, Maciocia s’est entretenu avec les membres des médias montréalais sur une base amicale.

Avec une bouteille d’eau à la main, il a assisté à quelques exercices de l’attaque montréalaise tout en affirmant qu’il n’était là que par simple courtoisie. Il faut donner le bénéfice du doute à Maciocia, car sa résidence est située à quelques pâtés de maisons du stade Hébert, mais il n’y a jamais de fumée sans feu.

Outre sa longue amitié avec le coordonnateur défensif Noel Thorpe, qu’est-ce qui peut pousser un entraîneur en vacances à se pointer à une séance d’une équipe professionnelle ?

Et si Jim Popp, une bonne connaissance de Maciocia du temps où celui-ci était à l’emploi de la formation montréalaise et des Eskimos, avait envoyé le Montréalais afin de superviser le déroulement et l’ambiance qui régnait chez les Alouettes ?

Bien qu’il s’agisse de simples spéculations, Maciocia a tout de même été rencontré par le propriétaire Bob Wetenhall et le directeur général Popp il y a quelques mois pour le poste d’entraîneur-chef des Alouettes. Cependant, le Québécois avait mis fin aux discussions entre les deux parties en disant qu’il était très heureux avec l’Université de Montréal et qu’il avait décidé de prioriser sa vie familiale.

D’ailleurs, le pilote des Bleus s’envolera pour Las Vegas et la Californie mercredi afin de passer quelques jours de vacances avec les membres de sa famille.

Une feuille de route éloquente

Ce serait surprenant que Maciocia quitte un emploi qu’il adore avec les Carabins, mais sa feuille de route parle d'elle-même.

Il a passé 14 ans au sein de la Ligue canadienne de football (LCF), dont quatre en tant qu’entraîneur-chef des Eskimos. De plus, il a déjà été coordonnateur offensif des Alouettes en 2001 et il connaît bien le quart Anthony Calvillo.

Il aurait tous les critères nécessaires pour remplacer Hawkins ou Miller au pied levé, mais il ne s'amènerait pas dans une situation idéale. Un détail qui pourrait l'inciter à refuser à nouveau une éventuelle offre des Alouettes.

 

Commentaires