/lifestyle/casa
Navigation
FLEURS ET JARDINS

Des réponses à vos questions

Première partie

Pommetier
Photo Courtoisie Un pommetier dont l’écorce a été perforée par le pic maculé.

Coup d'oeil sur cet article

À la suite des très nombreuses questions que vous m’avez fait parvenir durant les derniers mois, voici une première chronique dans laquelle je réponds à certaines d’entre elles. Continuez à me faire parvenir vos questions à l’adresse de courriel suivante : albert.mondor@journalmtl.com

À la suite des très nombreuses questions que vous m’avez fait parvenir durant les derniers mois, voici une première chronique dans laquelle je réponds à certaines d’entre elles. Continuez à me faire parvenir vos questions à l’adresse de courriel suivante : albert.mondor@journalmtl.com

Bonjour Monsieur Mondor. Je suis une fidèle lectrice de vos articles et je me demandais si vous pouviez me conseiller au sujet d’insectes qui sont en train de détruire mon pommier décoratif. Je vous envoie des photos que j’ai prises de mon arbre. Je vous remercie à l’avance et attends votre réponse impatiemment. Cordiales salutations !

Mme Ranger

Les perforations sur le tronc de votre arbre ne sont pas causées par un insecte, mais plutôt par un oiseau appelé pic maculé. Ce volatile creuse des petits trous bien alignés dans l’écorce des arbres afin de récolter la sève et de s’en nourrir. Malheureusement, il n’y a rien à faire pour que ces trous se referment rapidement. L’écorce mettra quelques années à recouvrir ces trous de façon naturelle. Il est toutefois fort peu probable que ces perforations nuisent à votre arbre.


Je demeure sur le bord du fleuve Saint-Laurent. Je veux créer une clôture en bordure de mon terrain. Je cherche une variété de cèdre qui serait très étroit à la base et très effilé, et qui serait rustique en zone 2 ou 3. Je vous remercie à l’avance pour vos bons conseils.

Mme Belle-Isle

Je vous recommande sans hésitation le thuya ‘Holmstrup’ (Thuja occidentalis ‘Holmstrup’). Après une vingtaine d’années, ce cultivar de cèdre atteint environ 3,50 mètres de hauteur sur 1 mètre de largeur. Très résistant aux vents, ce conifère est parfaitement rustique jusqu’en zone 3.


Nous sommes allés au zoo de Granby cette semaine et j’ai découvert un arbre magnifique tout en fleurs. Malheureusement, personne n’a pu me donner le nom de cet arbre. Les fleurs sont blanches, disposées en grappes et nombreuses. Elles ressemblent un peu à des orchidées légèrement striées de mauve à l’intérieur (voir photo ci-jointe) et ont une très bonne odeur ! J’ai fait des recherches internet, mais n’ai rien trouvé non plus. Pouvez-vous m’aider à l’identifier ?

Mme Girard

L’arbre que vous avez vu est un catalpa (Catalpa speciosa). Il s’agit d’une essence originaire d’Asie, d’allure tout à fait exotique avec ses grandes feuilles en forme de cœur ainsi que sa floraison blanche parfumée qui survient vers la fin du printemps. Disponible dans certaines pépinières, vous pouvez planter cet arbre chez vous si vous habitez dans le sud de notre province puisqu’il est suffisamment rustique pour résister aux hivers qui sévissent en zone 5.


Je me suis aperçu qu’un de mes arbres avait développé un genre de champignon sur ses feuilles. Je n’ai aucune connaissance dans ce domaine et j’apprécierais beaucoup si vous pouviez m’éclairer sur ce problème. 

J’inclus une photo qui, j’espère, pourra vous aider à résoudre ce cas. Merci à l’avance pour vos précieux conseils.

M. Desjardins

Votre arbre n’est pas affecté par une maladie causée par un champignon. Ce problème est plutôt provoqué par des phytoptes. Les phytoptes sont de minuscules acariens qui favorisent l’apparition de petites excroissances, appelées galles, sur la surface des feuilles. En s’alimentant, les phytoptes injectent dans les tissus des feuilles certaines hormones qui provoquent des déformations. Soyez rassuré puisque la présence de ces galles ne nuit pas à la santé ou au développement de votre arbre. Les populations de phytoptes fluctuent en fonction des conditions météorologiques. Certaines années, ces bestioles disparaissent complètement. Toutefois, si vous trouvez cela inesthétique vous pouvez tailler les tiges affectées et les détruire.


Quelqu’un m’a dit avoir déjà préparé une recette à partir de mousse et de yogourt. J’aimerais savoir si cela fonctionne et, si oui, avoir la recette s’il vous plaît. Merci à l’avance.

M. Raymond

Je cultive de la mousse dans mon jardin depuis plusieurs années. J’ai essayé cette technique de mélanger de la mousse (prête à libérer ses spores) à du yogourt et de badigeonner cette mixture sur le sol et les pierres, et ça n’a pas donné des résultats très satisfaisants. La seule technique qui m’a donné satisfaction fut d’acheter de la mousse cultivée en pépinière et de l’implanter dans mon jardin. Une entreprise appelée Bryolex fait la production et la vente de mousse. La principale espèce produite par cette entreprise est Racomitrium heterostichum, une mousse qui peut pousser au plein soleil comme à l’ombre avec environ 40 % d’ensoleillement. Cette mousse ne nécessite ni tonte, ni arrosage, ni fertilisation. Elle est cultivée sur de la membrane géotextile et vendue en rouleaux, un peu à la manière du gazon en plaques. Facile à installer, il n’y a qu’à dérouler et à fixer au sol à l’aide de crochets métalliques. Pour obtenir plus d’informations concernant cette mousse, vous pouvez cliquer à l’adresse Internet suivante : www.bryolex.com.

Commentaires