/sports/hockey/canadien
Navigation

Que reste-t-il d’intéressant ?

Que reste-t-il d’intéressant ?
Photo d'archives Josh Gorges est l’un des trois défenseurs dont les contrats les liant au Canadien vont au-delà de la saison 2013-2014.

Coup d'oeil sur cet article

La rumeur dans l’ouest du pays, particulièrement à Vancouver, voudrait que le directeur du Canadien, Marc Bergevin, et celui des Canucks, Mike Gillis, entretiennent des pourparlers.

La rumeur dans l’ouest du pays, particulièrement à Vancouver, voudrait que le directeur du Canadien, Marc Bergevin, et celui des Canucks, Mike Gillis, entretiennent des pourparlers.

Ah bon!

En tous les cas, ce n’est sûrement pas au sujet de Roberto Luongo, un dossier qui ne manquera pas d’alimenter les conversations quand s’ébranleront dans six semaines les camps d’entraînement.

D’ici là, Gillis a d’autres chats à ­fouetter.

Mais ce n’est pas la première fois qu’on entend des rumeurs à propos d’un transfert d’effectifs entre les deux formations.

Encore faut-il que l’on réponde aux ­besoins des deux directeurs ­généraux.

Notamment, Gillis veut améliorer ­l’attaque de son équipe et Bergevin veut améliorer la défense de la sienne.

Est-ce que la situation actuelle des deux formations s’y prête?

À Vancouver, les jumeaux Sedin entreront dans la dernière phase de leur ­entente avec les ­Canucks.

Ryan Kesler ­reviendra-t-il en parfaite santé?

Alex ­Burrows est une valeur sûre.

Pour le reste, on passera. Ce n’est pas avec David Booth, arrachant plus de 4 millions $ à ses ­employeurs, qu’on est sur la bonne voie.

L'AVENIR DE MARKOV

Mais si cette rumeur est fondée, jusqu’ici, les gens consultés s’interrogent surtout sur la réalité qui prévaut chez les Canucks relativement à leurs défenseurs. Peuvent-ils vraiment échanger un ­arrière contre un attaquant?

«À moins que l’on concocte une ­mégatransaction et, sur ce plan, personne ne m’a murmuré à l’oreille que c’est le cas», me dit un personnage très influent de la Ligue nationale. Il a tout à fait ­raison.

Les Canucks ont présentement six ­défenseurs liés par contrat. Alexander Edler, le défenseur que les penseurs du Canadien aiment bien, Dan Hamhuis, ­Kevin Bieksa et Jason Garrison sont les quatre vétérans. Yannick Weber et Frank Corrado sont les deux autres.

Cependant, Bergevin poursuit son «shopping» parce que seuls Josh Gorges, Jarred Tinordi et Davis Drewiske ont des ententes qui vont au-delà de la ­prochaine saison.

On peut présumer que P.K. Subban ­devrait signer un contrat de plusieurs saisons et qu’Alexei Emelin ­devrait lui aussi obtenir une nouvelle entente.

Francis Bouillon est un cas particulier et Raphael Diaz est un bon défenseur.

Reste donc Andrei Markov... et, à moins d’un revirement inattendu, il serait étonnant qu’on l’invite à poursuivre sa carrière à Montréal, à moins que le Russe accepte une importante diminution de ­salaire. Et encore.

JOUEURS AUTONOMES SANS ATTRAIT

Une mise à jour du marché des joueurs autonomes n’offre rien de bien convaincant chez les défenseurs. Il y a Ryan Whitney, Ron Hainsey, Tom Gilbert, ­Douglas Murray, Ian White et Wade ­Redden. Il n’y a pas de quoi s’énerver, on en conviendra.

Et c’est la même chose chez les ­attaquants.

La liste comprend Daniel Cleary, Chad LaRose, Damien Brunner, Brenden ­Morrow, Brad Boyes, Mikhail Grabovski, Teemu Selanne, Mason Raymond,

Vaclav Prospal, Nik Antropov, Alexei ­Ponokavosky, Peter Mueller, Guillaume Latendresse, Steve Sullivan, Simon ­Gagné, Kyle Wellwood, Milan Hejduk et, oui, l’unique Scott Gomez.

Chez les gardiens, Ilya Bryzgalov, Tim Thomas, José Théodore et Johan Hedberg sont à la recherche d’un emploi.

Ce sont tous des joueurs qui devraient trouver pignon sur rue quand les ­formations qui n’ont toujours pas atteint le plancher salarial s’exécuteront pour respecter le règlement de la ligue.

Entre-temps, les Flyers de Philadelphie ont déjà indiqué qu’ils aimeraient garder Simon Gagné. Quant aux Red Wings, ils tenteront par tous les moyens de trouver une solution afin que Daniel Cleary ­demeure dans l’organisation.

Qu’est-ce qui pourrait forcer la main de quelques directeurs généraux à agir plus rapidement que prévu? Il y a sans doute la période de l’arbitrage salarial, il y a aussi la période des vacances qui prend fin et, à quelques semaines de ­l’ouverture des camps d’entraînement, on s’assure que les effectifs répondront aux objectifs de l’organisation.

Des modifications avant le début de la saison, il y en a toujours et, cette année, les équipes risquent d’être plus actives encore en raison des contraintes du ­nouveau plafond salarial.

FORMALITÉ

Bill Daly espère que les gouverneurs de la Ligue nationale adopteront cette ­semaine la vente des Coyotes de Phoenix au groupe Renaissance Sports & ­Entertainment.

Pourquoi devrait-il y avoir un ­problème?

La Ligue nationale et les propriétaires, même ceux qui sont incapables de ­joindre les deux bouts, ne financent-ils pas une grande partie de l’achat de cette équipe?

La Ligue nationale n’est plus officiellement propriétaire de la concession, mais elle demeure le deuxième créancier en importance.

Commentaires