/news/currentevents
Navigation
aînée tabassée | Montréal

Un lourd passé

L’homme de 38 ans accusé de meurtre était connu pour ses frasques

Coup d'oeil sur cet article

L’homme de 38 ans accusé du meurtre gratuit d’une femme de 67 ans sur le boulevard Saint-Laurent, survenu tôt lundi, traîne derrière lui un lourd passé criminel.

Jason Derrald Sivret a comparu hier midi au palais de justice de Montréal. Il fait face à une accusation de meurtre au second degré sur Yuk Ngor Tam, une femme de 67 ans qu’il a sauvagement battue alors qu’elle ramassait des cannettes vides avant de rentrer chez elle, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Deux accusations de voies de fait ont aussi été déposées contre l’Ontarien pour s’en être pris à au moins deux autres passants, dont Robert Huot, après avoir été expulsé du bar de danseuses Kingdom, à Montréal, pour son comportement agressif envers le personnel et les clients.

«J’ai tenté de lui parler hier [lundi], ça n’a pas été possible, a mentionné son avocate, Me Elfriede-Andrée Duclervil. Je ne le connais pas assez pour dire dans quel état il était. J’ai eu une preuve très brève.»

Sivret n’en est pas à ses premières frasques en matière de voies de fait.

Il a déjà purgé six mois de prison pour avoir violemment frappé sans raison apparente un sexagénaire avec une chaîne servant à cadenasser les vélos. La victime était tout bonnement assise sur un banc de Fredericton lorsqu’elle a reçu la chaîne en plein visage.

En 2005, il a aussi été accusé de voies de fait envers un agent de la paix et d’entrave au travail d’un agent de la paix pour des événements qui se seraient déroulés à Montréal.

Les procédures sont toujours en cours dans ce dossier. Le récidiviste s’est livré à d’autres voies de fait en 2009, de nouveau à Fredericton. L’épisode était cependant moins grave, a confirmé la Cour ­provinciale du Nouveau-Brunswick. Il a tout même purgé 35 jours de ­pénitencier pour cette autre offense.

S’ajoutent à cette longue liste des condamnations pour ne pas s’être présenté au tribunal ou pour avoir brisé les conditions de sa remise en liberté.

Le clan Sivret

Le nom de famille Sivret est ­certainement bien connu dans la région de Fredericton, indiquait il y a quelques années l’avocat criminaliste Joseph Fitzpatrick, alors qu’il défendait au tribunal un client du clan Sivret.

En effet, une simple recherche sur le Web permet de trouver quantité de membres de la famille Sivret ayant eu des démêlés avec la justice. Il a toutefois été impossible de savoir s’ils étaient des proches de Jason Derrald Sivret.

Ce dernier sera de retour au ­tribunal le 11 septembre.

Avec la collaboration de Mélanie Bergeron et Anne-Caroline ­Desplanques


  • Si vous avez de l’information à ce sujet, contactez-moi: christine.bouthillier@quebecormedia.com
Commentaires