/travel
Navigation
Les spas en été

De mini-stations balnéaires

Coup d'oeil sur cet article

Faut-il être masochiste pour s’enfermer dans un sauna, puis mijoter dans un bain à remous bouillant, lorsque le mercure dépasse les 30 degrés à l’ombre? Pourtant, en été, et même en période de canicule, l’achalandage dans les spas ne dérougit pas. Toutefois, l’ambiance qui y règne est tout à fait différente.

Alors qu'en hiver, l'expérience thermale constitue le principal attrait des bains nordiques, en été, c'est l'ensemble des installations des sites, souvent situés dans de splendides environnements naturels avec possibilité de baignade en eau sauvage, qui séduit les visiteurs.

Car les spas, sous le soleil de juillet, se métamorphosent en mini-stations balnéaires, avec leurs constellations de chaises longues, parasols, hamacs et bassins d'eau.

«Les urbains y viennent beaucoup pour se reconnecter avec la nature», explique Karine Ricard, coordonnatrice au marketing au spa Balnéa, à Bromont.

Et pour profiter de l'ensemble du site et écouter le chant des hirondelles, il faut du temps. Beaucoup de temps. Alors qu'en hiver, les curistes restent en moyenne deux heures, le temps d'effectuer trois séances de thermothérapie – la prescription recommandée –, les curistes estivaux restent sur les lieux pendant des heures et des heures.

Bronzage, farniente et, surtout, lecture constituent leurs principales activités. «Tout le monde ou presque arrive avec un livre sous le bras. Les best-sellers de l'année, je les connais!», affirme Patrice Lalancette, directeur général de La Source, de Rawdon.

Dans certains spas, l'hydrothérapie devient, en quelque sorte, secondaire. C'est un peu la situation au Balnéa, qui se transforme en été en véritable base de plein air. «Nos clients viennent randonner sur nos 22 km de sentiers, suivre des cours de yoga, essayer le surf à pagaie et se détendre dans notre section plage, qui fait face à notre lac privé», explique Karine Ricard. Résultat: ça ne se bouscule pas dans les saunas.

OÙ SONT LES HOMMES ?

En été, la sortie au spa devient une affaire de filles, celles-ci constituant la forte majorité de la clientèle. «En plus des groupes de copines, on voit beaucoup de couples mère-fille ainsi que des femmes seules, ce qui est plus rare en saison froide», constate M. Lalancette. En hiver, les hommes constituent presque la moitié des visiteurs.

Pourquoi les hommes désertent-ils les bains? Les propriétaires proposent quelques hypothèses. «C'est sûr que le bronzage et la lecture séduisent moins les hommes», avance Martin Gladu, président-directeur général de Station Blü, à Saint-Tite-des-Caps.

Pour Patrice Lalancette, leur moindre intérêt s'explique par la compétition des autres activités comme le vélo et le golf. «Je pense aussi que les hommes aiment l'exotisme de se retrouver à l'extérieur, en maillot de bain, par -20 degrés, sensation forte qu'on ne retrouve pas en été», dit-il.

L'un des avantages des spas en été, c'est que la plupart des établissements profitent de sites plus vastes, offrant davantage d'intimité aux clients. «De plus, c'est moins la cohue les week-ends, car l'achalandage est mieux réparti sur tous les jours de la semaine», affirme Karine Ricard. Qui dit mieux?

Commentaires