/misc
Navigation

Nos auteurs

Nicolas LachanceSteve TremblayStéphane MartineauSteeve MonnièrePierre-Olivier CorbinGabriel Talbot-LachanceFrançois JeanÉtienne RichardDidier OuelletAntoine Corbin

Chronique Historique: Les jeux d'aventure selon Roberta Williams

Coup d'oeil sur cet article

La semaine dernière, mon collègue Nicolas Lachance a écrit un excellent article à propos des femmes geeks. Cet article m'a fait beaucoup réfléchir, car je trouve absurde que ce genre de débat ne soit pas encore clos de nos jours, tout le monde, peu importe son sexe, devrait pouvoir aimer ce qu'il veut sans avoir peur de faire rire de lui (ou d'elle dans ce cas). Ceci est particulièrement vrai dans le milieu des jeux vidéo. Alors que ce milieu est souvent perçu comme très masculin, plusieurs femmes ont eu et ont toujours une influence monumentale sur ce domaine. C'est donc pour cette raison que j'ai décidé aujourd'hui de vous parler d'une des premières (si ce n'est pas LA première) conceptrice de jeux vidéo, Roberta Williams.

Roberta Williams, fonde en 1980, une petite compagnie de production de jeux vidéo, Sierra On-Line (puis un peu plus tard, Sierra Entertainement). Williams est principalement reconnue pour avoir mis au monde les très populaires jeux de la série King's Quest, ainsi que ceux de la série Phantasmagoria. Les jeux qu'elle produit sont, pour la plupart, des aventures graphiques. Bien qu'aujourd'hui ce genre de jeu ait perdu la cote, lors des années 1980 et 1990 ils étaient extrêmement populaires. Ces jeux sont souvent basés sur une histoire prenante complexe et immersive. Le joueur a donc un rôle plus passif que dans un shooter ou un platformer. Souvent ces jeux demandent plus de réflexion, de recherches et de résolution de problèmes que de réflexes plus rapides que l'éclair.Conséquemment, Le texte et les dialogues sont  beaucoup plus importants que les power-ups et les passages secrets. Aujourd'hui les jeux de la série King's Quest sont légendaires plusieurs joueurs affirment qu'ils sont parmis les meilleurs jeux d'aventure qu'ils ont joué.

 "Another miracle from the kitchen table"

En 1980 Ken Williams, le mari de Roberta apprend à programmer pour l'ordinateur Apple II, qui domine alors le marché de l'ordinateur personnel. Le but de Ken Williams était, à cette époque, de démarrer sa propre entreprise de conception de logiciels pour les ordinateurs Apple. Ken achète alors plusieurs logiciels pour les tester et voir comment ils fonctionnent. Parmis ses achats se retrouve le jeu d'aventure Colossal Cave Adventure. Il s'agit d'un jeu d'aventure textuelle pour ordinateur. C'est-à-dire qu'il n'y a pas de graphiques, que du texte et le joueur doit interagir, grâce au clavier, avec les descriptions qui apparaissent à l'écran. Roberta, pour passer le temps, décide d'essayer le jeu. Elle tombe rapidement en amour avec le divertissement virtuel. Cependant, elle est un peu déçue de la manière dont l'histoire se déroule et du manque de graphiques. Elle décide, à ce moment, de s'installer sur sa table de cuisine et de concevoir une aventure bien ficellé, dans le but d'en faire un jeu vidéo. Après avoir écrit son histoire et avoir fait les dessins elle demande à son mari de programmer le jeu. Sans le savoir Roberta Williams venait de créer un des premiers jeux contenant des graphiques et son tout premier succès commercial. Roberta et son mari distribuent le jeu dans certains magasins spécialisés près d'où ils vivent, contre toutes attentes le jeu se vend comme des petits pains chauds. Ken et Roberta décident alors de lancer leur propre compagnie de jeux vidéo, qui deviendra éventuellement, Sierra.

mys001

Mystery House

L'âge d'or des jeux d'aventure

Dans les années 1980 et 1990 alors que les consoles étaient très limités quant à la longueur et à la qualité graphique des jeux qu'elles offraient au joueur, les jeux sur PC pouvaient se permettrent d'énormes aventures aux graphiques extraordinaires. Les jeux produit par Sierra sont, pour la plupart, des aventures interactives, qui étaient non seulement visuellement magnifiques mais aussi très complexes au niveau de l'histoire. Plusieurs de ces jeux étaient imaginés par Roberta Williams. Bien qu'elle ne savait pas programmer, et que selon ses dires, elle n'était pas très à l'aise avec un ordinateur, elle a imaginé et créé des univers dont plusieurs gamers se souviennent encore aujourd'hui.

Kings Quest 5 - Absence Makes the Heart go Yonder_2

King's Quest 5

Le déclin

Au milieu des années 1990. Sierra produit deux jeux qui sortent la compagnie de ses habitudes narratives, Phantasmagoria en 1995 et Phantasmagoria: A Puzzle of Flesh en 1996. La série de jeux King's Quest présentait une histoire médiévale fantastique pour toute la famille. Cependant avec Phantasmagoria, Roberta Williams nous dévoile un autre pan de se personnalité en créant un jeu dans lequel se cotoient violence, sexe et gore. Bien que ce soit le jeu le plus populaire de la compagnie (ils ont vendu près d'un millions de copies à sa sortie) la réception de ce jeu est mitigée. Alors que certaines critiques semblent apprécier l'aspect très cru de ce jeu, d'autres déplorent le fait qu'il ait été monté avec de vrais acteurs qui jouent des séquences filmés, plutôt qu'avec des graphiques dessinés.  En 1996 Sierra est vendu, bien que des jeux continuent de paraitre sur la bannière Sierra jusqu'en 2007 la compagnie n'est plus la même. Roberta Williams se retire peu à peu de la production des jeux vidéo, jusqu'à prendre sa retraite de manière définitive en 1999. Depuis, on sait très peu de choses sur les activités professionnelles de Roberta Williams qui n'accorde que très peu d'entrevues.

phan2

Phantasmagoria

L'héritage

Roberta Williams a laissé une empreinte si forte dans le monde des jeux vidéo que même si vous n'avez jamais joué à un jeu qu'elle a produit, elle a probablement influencé la conception d'un jeu auquel vous avez joué. Elle a complètement redéfinit l'aspect narratif et la place que l'histoire prend dans les jeux vidéo. Alors que dans les années 1990 les fans de Doom et de Duke Nukem débattaient à savoir quelle franchise était la plus virile, les fans de King's Quest, eux, exploraient un monde gigantesque et savouraient une expérience narrative en avance sur son temps. En effet, aujourd'hui, si nous pouvons nous permettre de comparer l'histoire de jeu vidéo et celle d'un film au cinéma, c'est, entre autre, grâce à des jeux comme ceux de Roberta Williams.

Elle a également eu une influence hors de l'écran, dans le monde réel. Dans les années 1980, elle était la première employée d'une compagnie de jeux vidéo qui ne savait pas programmer, ou qui n'était pas à l'aise avec les ordinateurs. Roberta Williams possédait un génie naturel qui lui permettait de conceptualiser des jeux vidéo grâce à un crayon et un papier. Ainsi, elle ne se souciat pas des limites techniques imposées par la technologie de cette époque. Elle developpait plutôt son idée, ensuite ses employés devaient trouver un moyen créatif d'animer les idées de Williams à l'écran. Bien qu'aujourd'hui ce genre de procédure peut paraitre banale à l'époque c'était tout un accomplissement.

Finalement, elle a également eu une grande influence sur le milieu en tant que femme. Depuis les années 1970 le domaine des jeux vidéo est exclusivement masculin. Puis, cette femme, mère de deux enfants arrive dans le décor. Elle produit des jeux qui sont très différents de ce qui se fait partout ailleurs. Tellement différents qu'on affirme aujourd'hui que Roberta Williams a littéralement inventé le style de jeu Aventure Graphique. Ses jeux sont, en grande partie, d'énormes succès. Elle s'est donc non seulement, taillé une place dans ce domaine qu'elle connaissait encore très peu au début des années 1980, mais elle a également apporté sa vision toute particulière des choses. Bref, le domaine des jeux vidéo doit encore beaucoup à cette visionnaire.

3 commentaire(s)

stevethegeek dit :
2 août 2013 à 8 h 23 min

Que de souvenirs !!! King Quest... miam !

Stéphane Martineau dit :
2 août 2013 à 8 h 55 min

Je me sens très vieux soudainement... wow.... tant de souvenirs

Marylène Raymond dit :
2 août 2013 à 19 h 13 min

Sierra est définitivement synonyme de ma jeunesse, alors que les jeux de console sont apparu dans ma vie plutôt vers le début de l'adolescence. J'aimerais bien avoir l'occasion d'y rejouer!