/news/currentevents
Navigation
Nouveau-Brunswick

Étouffés à mort par un python

Coup d'oeil sur cet article

Un serpent exotique de 15 pieds a étranglé deux jeunes enfants de cinq et sept ans dans un appartement situé au-dessus d’un commerce de reptiles, à Campbellton, au Nouveau-Brunswick, à moins de deux kilomètres de la frontière québécoise.

Le drame s’est produit dans l’immeuble l’animalerie Reptile Ocean, située sur la rue Pleasant, au centre-ville de Campbellton. L’endroit se trouve à quelques mètres du boulevard Interprovincial, qui traverse la baie des Chaleurs vers Pointe-à-la-Croix.

Selon les premières informations, un appel d’urgence a été logé au 9-1-1 du détachement de la Gendarmerie royale de Campbellton vers 6 h lundi.

«L’enquête démontre jusqu’à maintenant qu’un serpent de type africain, un python, se serait échappé de sa cage et aurait utilisé les conduits d’aération pour se rendre dans l’appartement où les deux jeunes victimes ont été retrouvées», a expliqué le sergent Alain Tremblay.

Des enfants en visite

Le python aurait vraisemblablement rampé dans la chambre où les deux jeunes, Noah et Connor Barthe, étaient couchés et les aurait ensuite étranglés.

Ces deux enfants étaient en visite chez le garçon du propriétaire du Reptile Ocean.

Le propriétaire et son fils étaient couchés dans une autre chambre. Selon le registre commercial, le propriétaire du commerce se nomme Jean-Claude Savoie.

L’animal vivant de quelque 15 pieds de long et de plus de 100 livres est actuellement entre les mains de la police. Une décision sera prise bientôt.

L’enquête criminelle de la GRC pourrait prendre encore quelques semaines avant d’être complétée. Les autorités tenteront de déterminer s’il y a eu négligence.

Ce genre de drame serait unique dans les provinces maritimes.

Autopsies

Des autopsies seront pratiquées sur le corps des deux garçons à Saint John.

«C’est très triste ce drame-là. J’ai aussi une pensée pour les parents de ces jeunes garçons», a commenté une citoyenne de Campbellton, Anne Godin,

Le promaire de Campbellton, Ian Comeau, a indiqué que la réglementation permettant ce type de commerce sera revu et corrigé s’il le faut.

«J’ai souvent vu ces enfants jouer dans la rue. Je suis voisin, mais je me mêle de mes affaires. Si c’est bien gardé, je ne vois pas de problème. Mais peut-être qu’il y a eu de la négligence. On doit savoir», a ajouté un autre citoyen, Marc.

— Avec la collaboration de Jean-François Racine

Sur le même sujet
Commentaires