/news/currentevents
Navigation
Cap-Chat

Ex-infirmier du CHSLD radié temporairement

CHSLD Cap-Chat
Photo Dominique Fortier / Agence QMI Le manque de jugement très grave de la part d’un infirmier doit être sanctionné pour permettre à cet infirmier de s’amender.

Coup d'oeil sur cet article

CAP-CHAT – Joël J. Vallée, un ex-infirmier du CHSLD de Cap-Chat comptant plus de 15 ans d’expérience dans le milieu a été radié par l’Ordre des infirmiers et infirmières du Québec (OIIQ) pour avoir émis des commentaires fort douteux à une patiente âgée de 86 ans.

Les faits remontent au 24 mars 2012 alors que l’infirmier aurait simulé de se trancher la gorge avec un couteau à beurre alors que la patiente aurait demandé «comment faire pour se suicider» tout en mentionnant qu’il «suffisait de couper la petite veine» du cou. Il a ensuite poursuivi son travail, laissant la patiente seule.

À l’époque, l’employeur avait congédié l’infirmier, mais tout récemment, l’OIIQ vient d’annoncer que Joël J. Vallée se devait d’être radié pour une période de quatre mois.

Dans le jugement, il est indiqué que l’infirmier à plaidé coupable aux accusations qui pesaient contre lui. Il conteste toutefois son congédiement et considère qu’il a agi ainsi parce que les idées suicidaires de cette cliente le rendaient inquiet.

Sanctions et facteurs atténuants

Dans sa décision, le conseil a justifié la radiation de quatre mois du fait que les gestes qu’a posés l’intimé auprès de cette dame comportent un degré de violence qui est inacceptable de la part d’un infirmier. De plus, a-t-on ajouté, ce manque de jugement très grave de la part d’un infirmier, qui est seul dans une résidence regroupant plus de 75 personnes âgées et qui doit également diriger tous les autres employés, soit 10 préposés aux bénéficiaires et à l’alimentation, doit être sanctionné pour permettre à cet infirmier de s’amender.

Le conseil a souligné également le manque d’empathie de l’infirmer envers la patiente et que la sanction, en plus de comporter un volet dissuasif pour l’intimé, doit comporter un volet exemplaire pour les pairs de ce dernier.

L’infirmier a mentionné lors de l’audience qu’il est en période de réflexion et qu’il ne sait pas s’il continuera ou non à travailler en tant qu’infirmier.

 

Commentaires