/news/currentevents
Navigation
Montréal

Un morceau d’acier de 6500 livres tombe sur la tête d'un piéton, le tuant sur le coup

Une pièce servant à bloquer la charge suspendue à la pelle mécanique était absente

Mort sous 6500 livres
Photo Le Journal de Montréal, mélanie bergeron Cette pelle mécanique levait, à l’aide d’une chaîne, une imposante plaque de métal semblable à celles utilisées pour couvrir les nids-de-poule. Le morceau d’acier est tombé sur la tête du piéton Saad Syed qui est mort sur le coup.

Coup d'oeil sur cet article

Des mesures de sécurité mal appliquées pourraient être à l’origine de la mort d’un piéton qui marchait aux abords d’un chantier de construction à Montréal, hier.

Des mesures de sécurité mal appliquées pourraient être à l’origine de la mort d’un piéton qui marchait aux abords d’un chantier de construction à Montréal, hier.

Syed Saad, un professeur d’anglais de 30 ans, est mort après avoir reçu sur la tête une plaque d’acier de 6500 livres (2948 kg) sur la rue de la Montagne, près de René-Lévesque.

Vers 8 h 30, l’opérateur de la pelle mécanique s’affairait à déplacer, à l’aide d’une chaîne, un imposant morceau de métal pour y entreprendre des travaux d’excavation.

Les premières observations des inspecteurs de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) montrent qu’il pourrait y avoir eu un manquement sur le plan de la sécurité. «À leur arrivée sur les lieux, les inspecteurs ont remarqué que le crochet sur lequel reposait la plaque n’avait pas de linguet», a confirmé Dominique David, porte-parole de la CSST.

Ce linguet permet habituellement de maintenir en place un objet tenu par la pelle mécanique. Il sert d’arrêt et bloque l’objet suspendu au bout de la machinerie lourde.

Aucune chance

«J’ai entendu un gros boum et je suis allé voir à la fenêtre au cinquième étage. J’ai vu que quelqu’un avait été frappé, il y avait du sang partout», raconte Daniel Dumoulin, un témoin qui a vu la scène de sa chambre d’hôtel.

La plaque a glissé, puis s’est retrouvée à l’extérieur de la zone sécurisée, à quelques mètres du sol. Elle a heurté l’homme qui marchait alors sur le trottoir adjacent au chantier de construction de tour à condos. Il n’a eu aucune chance de s’en tirer sous le poids de la charge. La victime a été transportée à l’hôpital où son décès a rapidement été constaté.

Deux inspecteurs de la CSST ont été dépêchés sur les lieux hier matin pour faire la lumière sur les circonstances de l'accident.

L’enquête, qui pourrait s’étendre sur six mois, déterminera si le linguet a été mal fixé ou s’il n’a simplement pas été installé.

«Des constats d’infraction pourraient être émis et l’enquête nous dira à qui ils devront être émis», a expliqué Mme David.

L’entreprise Pomerleau est le maître d’œuvre sur ce chantier. C’est elle qui a la responsabilité de la santé et de la sécurité à cet endroit.

Chantier fermé

Le chantier a d’ailleurs été fermé toute la journée hier. «Nous avons toutefois demandé à notre personnel de rester sur place et de collaborer en répondant aux questions des enquêteurs de la CSST et du SPVM», a commenté Éric Calvez, directeur des opérations chez Excavations L Martel.

Quant à l’opérateur de la pelle, un jeune homme d’une vingtaine d'années, il était en état de choc à la suite du drame. Il serait employé chez Excavations L Martel depuis cinq ans.

«Nos travailleurs ne sont pas très âgés, mais ils possèdent beaucoup d’expérience dans des travaux spécialisés comme ceux qui étaient en cours», a ajouté M. Calvez.


  • Parmi les 15 travailleurs de la construction décédés en 2012, deux sont morts après avoir été frappés ou écrasés par un objet.

– Avec la collaboration de l’Agence QMI

Commentaires