/entertainment/music
Navigation
Montréal

Inauguration de la place Kate McGarrigle

kate mcgariggle
Photo Philippe-Olivier Contant / Agence QMI Il y avait foule alors que la famille de Kate McGarrigle offrait une chanson à sa mémoire.

Coup d'oeil sur cet article

Des larmes aux rires, Rufus et Martha Wainwright, entourés de leur famille, ont célébré la mémoire de leur mère Kate McGarrigle, mercredi, lors de l’inauguration d’une place en son honneur, sur l’avenue Laurier, entre les rues Querbes et Durocher, à Montréal.

Au milieu de plates-bandes verdoyantes, autour de l’œuvre d’art public Kate et Nora, la famille a chanté une version a cappella d’À la claire fontaine, une chanson tant historique que symbolique pour Rufus et Martha Wainwright.

La sculpture, réalisée par Robert Wilson à la mémoire de la chanteuse internationale décédée en 2010, est constituée de deux chaises blanches qui partagent la même assise. L’un des dossiers représente Kate et l’autre Nora, un alter ego plus sage.

Martha Wainwright a admis qu’il était important pour eux de vivre leur deuil en public. «On voulait partager avec les gens nos sentiments, confie-t-elle. C’était non seulement notre mère et notre sœur, mais aussi celle de toute la communauté.»

Pour Martha, la place en l'honneur de Kate McGarrigle est significative. «Ma mère était vraiment fière d’être en mesure d’acheter un triplex à Outremont et de pouvoir se promener sur Laurier, raconte-t-elle. Je me souviens qu’on marchait souvent ici.»

Les enfants et les sœurs de Kate ont partagé des souvenirs touchants de l’artiste engagée, alors qu’elle habitait Outremont. Rufus a d’ailleurs souligné son «incroyable» sens de l’humour et sa détermination à toujours atteindre l’excellence.

Sa sœur, Anna McGarrigle, s’est projetée des années en arrière. «En 1967, on habitait un appartement au 19 Côte-Sainte-Catherine. On avait un vieux piano, c’est là qu’on a appris à jouer, on était encore à l’école, mais c’était toujours le party. Les gens ne nous aimaient pas beaucoup», a-t-elle raconté en riant.

Le documentaire Sing Me The Songs That Say I Love You: A Concert For Kate McGarrigle, réalisé par la cinéaste australienne Lian Lunson devait être présenté mercredi soir en première canadienne. Le film porte à l’écran un concert en hommage à la chanteuse présenté à New York, en 2011.

Et ce jeudi auront aussi lieu deux concerts-bénéfice à 18 h et 21 h 30 au Théâtre Outremont. Cheminant vers ma ville réunira sur scène Rufus et Martha Wainwright ainsi que la sœur de Kate, Anna McGarrigle. Ils seront accompagnés de Pierre Lapointe, Robert Charlebois, Michel Rivard, Marie Michèle Desrosiers et Fanny Bloom.

Les profits seront versés au Fonds Kate McGarrigle pour la recherche sur le sarcome, le cancer très agressif qui lui a enlevé la vie en janvier 2010.

Kate McGarrigle est décédée à 63 ans, à Montréal, un mois après la naissance de son petit-fils Arcangelo, le premier enfant de Martha Wainwright.

 

Commentaires