/weekend
Navigation
Charles Aznavour

La passion des mots

La passion des mots
Les fichiers audios ne sont plus disponibles

Coup d'oeil sur cet article

Provence, FRANCE | Amoureux des mots et de la langue française, Charles Aznavour a recommencé ce qu’il faisait au début de sa carrière. Écrire pour les autres. «J’aime mieux écrire que chanter», nous dit l’artiste d’origine arménienne, conscient du fait qu’avec l’âge, il devra un jour ou l’autre quitter son autre passion: la scène.

Provence, FRANCE   |  Amoureux des mots et de la langue française, Charles Aznavour a recommencé ce qu’il faisait au début de sa carrière. Écrire pour les autres. «J’aime mieux écrire que chanter», nous dit l’artiste d’origine arménienne, conscient du fait qu’avec l’âge, il devra un jour ou l’autre quitter son autre passion: la scène.

Si Charles Aznavour prévoit monter sur les planches jusqu’à 91 ans – «Je n’aime pas les chiffres ronds», s’amuse-t-il – pour ce qui est de l’écriture, l’auteur-compositeur et interprète est catégorique: «je n’arrêterai que lorsque je ne pourrai plus porter le porte-plume.»

Chez Aznavour, l’écriture est un besoin vital. En ce moment, il a trois livres en route, dont un bouquin de pensées et un premier roman. Au cours de sa carrière, il a également écrit des articles et plus d’une centaine de préfaces. Sa préférée? Celle qu’il a écrite pour Marcel Marceau, célèbre mime français.

Le chanteur est aussi un grand lecteur. Il lit de tout, mais aime particulièrement les poètes: Verlaine, Rimbaud et de La Fontaine. Il avoue également correspondre beaucoup avec les auteurs.

«MON PAYS, C’EST MA LANGUE»

L’homme aux mille chansons en a-t-il une qu’il affectionne plus particulièrement? Il nous répond par une boutade. «Non, vous savez les chansons, c’est comme les enfants, je les aime tous autant».

De quoi êtes-vous le plus fier, Monsieur Aznavour? «Je suis assez fier de ma langue, c’est grâce à elle que j’ai fait ma carrière», souligne-t-il. «Ma carrière, je l’ai aussi réussie parce que je suis allé là où les autres n’allaient pas. Je n’avais pas le physique pour devenir un chanteur de charme», ajoute-t-il.

Alors, Aznavour a écrit sur les femmes qui se laissent aller, sur le viol (Trousse chemise), sur l’alcoolisme (Je bois) ou sur l’homosexualité (Comme ils disent), quarante ans avant la polémique sur le mariage gai en France. «Là au moins je n’avais pas de concurrence», remarque-t-il.

D’ailleurs, quand les gens lui demandent ce qu’il pense de cette loi qui a tant fait débat en France au cours de la dernière année, Aznavour leur dit d’aller relire sa chanson!

Retrouvez les plus grands succès de Charles Aznavour dès maintenant
Commentaires