/news/currentevents
Navigation
Accident | Montgolfière

Accident mortel à l'International des montgolfières : le père du pilote se confie

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU – Maxime Trépanier, le jeune pilote qui a péri dans un accident de montgolfière, dimanche, a grandi au milieu de ces gros ballons colorés. À deux ans, il survolait déjà le Québec, niché dans la nacelle de son papa.

Normand Trépanier, un pompier féru de montgolfières depuis plus de 25 ans, a perdu l'un de ses fils. Maxime a été emporté par leur passion commune.

Dimanche, au terme d'une autre envolée, Maxime était heureux, a confié son père à TVA Nouvelles. «C'est mon plus bel atterrissage», aurait-il mentionné à ses passagers.

Le jeune homme de 26 ans adorait voler. «Il n'avait pas peur de ce qu'il faisait, il était toujours souriant», s’est souvenu M. Trépanier.

Ce dernier venait d'atterrir dans le rang voisin de celui où se trouvait Maxime, lorsque l'accident est survenu.

Le jeune père de famille a voulu prêter main-forte à une collègue qui peinait à toucher terre. Il s'est donc emparé de la corde attachée à la nacelle pour la tirer au sol, comme cela se fait souvent. «Je tiens à préciser qu'il tenait la corde dans ses mains, elle n'était pas accrochée à son poignet», a souligné M. Trépanier.

Sans que l'on sache pourquoi, Maxime n'a pu maintenir le ballon au sol. Il s'est plutôt élevé à environ 150 mètres d'altitude, avant de chuter mortellement.

«C'était un bon pilote, qui était prudent, a indiqué son père. C'était son quatrième festival.»

M. Trépanier revolera sans doute prochainement. La passion de la montgolfière l'habite depuis trop longtemps. Mais pour l'instant, il souhaite prendre un temps d'arrêt. Vivre le deuil de ce fils perdu à un si jeune âge.

Ce fils qui, chaque jour, cognait à sa porte pour lui annoncer qu'une autre belle journée commençait. Ce fils parti comme il a vécu, cramponné à un ballon.

 

Sur le même sujet
Commentaires