/news/currentevents
Navigation
Montréal | Mosquée

Des barrières qui dérangent

Les musulmans qui fréquentent le lieu de culte exigent que ces « barrières » s’étendent devant les autres commerces

Des barrières qui dérangent
Photo le journal de Montréal, Mélanie Bergeron Une clôture a été installée en face de la mosquée afin d’empêcher les musulmans qui s’y rendent de traverser au milieu de la rue.

Coup d'oeil sur cet article

Une clôture érigée par mesure de sécurité en face d’une mosquée de l’arrondissement de Saint-Léonard indigne les musulmans qui perçoivent cet obstacle comme un «grillage de la honte».

Une clôture érigée par mesure de sécurité en face d’une mosquée de l’arrondissement de Saint-Léonard indigne les musulmans qui perçoivent cet obstacle comme un «grillage de la honte».

Une clôture temporaire qui ne s’étend que sur quelques mètres a été installée devant le centre islamique Badr, situé sur le boulevard Langelier.

En place depuis le 22 juillet, cette installation est apparue après que des policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) en eurent fait la recommandation à l’arrondissement.

«La clôture est là afin d’inciter les piétons à traverser la rue aux intersections à cet endroit précis, a indiqué Maude Chartrand, chargée de communications à l’arrondissement de Saint-Léonard. C’est un enjeu de sécurité publique.»

Commerçants et citoyens se plaignent de l’achalandage monstre aux abords du boulevard à quatre voies, particulièrement le vendredi, jour de prière. Entre 11 h 30 et 15 h, près de 500 fidèles se rendent à la mosquée.

Frustrations

Des centaines de musulmans résident dans ce secteur et fréquentent régulièrement cette mosquée. Noureddine Amine, gérant d’une boucherie halal, affirme que tous les Arabes du secteur sont «frustrés» depuis qu’on a érigé ce «grillage de la honte».

«C’est une provocation directe parce qu’ils ont uniquement installé une partie devant la mosquée et ils ont arrêté là», déplore-t-il.

Abordé par le Journal quelques minutes avant sa prière, Hamaïdi Mohammed pense que cette «barrière de confrontation» est une honte pour toute la communauté musulmane.

«C’est dégradant et déshonorant», confie-t-il, avouant qu’il préférerait aller prier ailleurs s’il y avait une autre mosquée à proximité.

Fouad Missoum, musulman pratiquant, estime quant à lui que ces clôtures rendront les déplacements plus sécuritaires. «Les gens se stationnent de l’autre côté de la rue et ne regardent pas toujours avant de traverser», remarque-t-il.

Le responsable de la mosquée croit que cette disposition a lieu d’être. Il espère que des clôtures seront installées devant les autres commerces, sans quoi il s’agirait d’une «provocation».

«Si aucune clôture n’est érigée jusqu’aux feux de circulation, c’est discriminatoire, conclut-il. S’ils veulent vraiment la sécurité des piétons, ça doit être clôturé partout.»

 

Commentaires