/misc
Navigation

Nos auteurs

Nicolas LachanceSteve TremblayStéphane MartineauSteeve MonnièrePierre-Olivier CorbinGabriel Talbot-LachanceFrançois JeanÉtienne RichardDidier OuelletAntoine Corbin

Kickstarter, c'est bien l'fun, mais...

Coup d'oeil sur cet article

Les jeux indépendants, on aime tous ça. Que ce soit pour encourager des gens d'ici dans leurs projets solos ou bien les nombreux projets plus qu'intéressants que l'on retrouve sur les sites de crowfunding comme Kickstarter. D'ailleurs, on vous a parlé de plusieurs jeux intéressants et on en a tous (environ) financé au moins un jusqu'à présent. Mais une fois que l'on a donné nos sous, que se passe-t-il?

L'attente Bien souvent, on encourage des jeux dont la date de sortie est de plusieurs mois, voire plus d'un an après la fin du Kickstarter. L'attente de la sortie du jeu est alors semblable à l'attente lorsque l'on attend un jeu d'une grande compagnie. Par contre, inversement aux jeux que l'on achètera aux EbGames ou Best Buy le plus près de chez nous, il y a toujours la petite peur que le jeu ne sorte jamais (un risque avec les développeurs indépendants), que la date de sortie soit repoussée sans cesse que de ne pas pouvoir se faire rembourser dans le cas d'une annulation. Bien souvent, si l'on mise un peu plus, on a la possibilité d'obtenir les soundtracks, artworks ou objets promotionnels qui nous sera alors possiblement envoyée par la poste, mais il faudra encore une fois attendre que ces objets soient prêts.

Les nouvelles / mises à jour Autant certains développeurs peuvent donner un compte rendu de leur avancement régulier toutes les semaines, autant vous n'entendrez pas parler de certains pendant des mois... Ce qui peut être un peu frustrant, voire inquiétant. Puisque nous ne sommes pas clients, mais bien investisseurs, ne pas avoir de nouvelles soulève plusieurs questionnements : Est-ce que le projet sera livré à temps? Est-ce que la personne responsable est malade? Est-ce que je me suis fait arnaquer?

Le développement Lorsque les nouvelles ont la chance d'être récurrentes, on peut alors avoir une bonne idée du développement du jeu, que ce soit au niveau de l'avancement des graphiques, de la programmation du jeu, de l'exportation ou du marketing. Bien souvent, on pourra même avoir accès à une version alpha ou un accès privilégié à un forum pour donner notre avis et notre touche sur le projet en soi.

Les frustrations Le fait de ne pas être uniquement client, mais bien investisseur peut venir avec son lot de frustration lorsque le projet se trouve être mal géré. Que ce soit un échéancier non respecté ou que le jeu sorte dans une convention avant que les gens du kickstarter l'obtiennent, les histoires ne sont pas toujours roses. Il faut donc faire attention à qui l'on donne notre confiance.. Et notre argent!

Pour finir, mes expériences personnelles en utilisant cette plateforme sont généralement positives, à l'exception d'un seul projet dont je n'ai aucune nouvelle depuis mai... Qui ne se trouve pas être un jeu vidéo! Continuons d'encourager les petits même si l'attente se fait parfois longue, ça en vaut bien souvent la peine!

 

2 commentaire(s)

menrux. dit :
19 août 2013 à 10 h 31 min

Le modèle Kickstarter fonctionne bien pour un projet avec un produit déjà développé, mais qui a besoin d'argent pour fabriquer ledit produit : pour les gadgets technologiques et les jeux de société, par exemple. Par contre, pour les films, albums et jeux vidéos, on nous demande de financer le développement même. On a donc une moins bonne idée de ce que sera le produit fini. Ceci dit, il ne faut pas généraliser. Il y a parfois des produits techno en développement et des jeux vidéos qui sont dans un stade assez avancé de développement. Ce n'est pas nécessairement une mauvaise idée de financer un jeu. Il faut juste être conscient du risque de chaque projet et choisir conscienseusement.

Marylène Raymond dit :
19 août 2013 à 17 h 25 min

Effectivement, mais c'est encore drôle puisque certains projets sont tellement mal géré qu'ils deviennent encore plus compliqué et frustant. Ça a été le cas d'un jeu de société qui a commencer à vendre son produit à une convention avant de l'envoyer à tout ses backers Kickstarter parce qu'il n'avait pas assez reçu d'exemplaire pour commencer l'envoi massif.. Malaise!