/news/currentevents
Navigation

Souffler ou non

Coup d'oeil sur cet article

Il va de soi qu’avant d’enregistrer un plaidoyer, coupable ou non, lors d’une comparution, l’analyse de la preuve est nécessaire afin de faire le bon choix.

Monsieur Tremblay choisit de ne pas s’adresser aux médias pour se défendre et c’est son droit. Il pourra le faire lors de son procès qui sera une audience publique comme pour tout le monde.

À la suite du verdict, il pourra commenter l’affaire s’il le désire. Pour l’instant, le dossier est à l’étude afin de déterminer s’il existe des arguments de défense.

Lorsqu’on refuse de souffler dans l’ivressomètre, les conséquences sont plus graves: ainsi, la perte du permis de conduire est de 3 ans pour une première infraction.

Pour faire la preuve du refus, la poursuite doit prouver le refus et l’intention de désobéir à un ordre donné par un agent de la paix.

Il est possible également que l’appareil n’ait enregistré aucun résultat bien que monsieur Tremblay ait soufflé dans l’ivressomètre, mais pas suffisamment pour que l’on obtienne une lecture adéquate de son taux d’alcoolémie. Tout est possible. Une défense d’excuse raisonnable peut également être soulevée par ce dernier.

Attendons l’issue du dossier avant de le condamner.

- Me Julie Couture, Avocate au Journal

Commentaires