/news/currentevents
Navigation
Alcool au volant

Beauchemin ira derrière les barreaux

Beauchemin ira derrière les barreaux
Photo Mélanie Bergeron / Agence QMI Joël Beauchemin a recouvré sa liberté mercredi.

Coup d'oeil sur cet article

Le conseiller municipal de Varennes arrêté dimanche avec les facultés affaiblies payera cher sa soirée trop arrosée. Après s'être reconnu coupable pour une seconde fois en deux mois, Joël Beauchemin a écopé de 90 jours de détention.

Pour avoir conduit avec les facultés affaiblies et sans permis de conduire, Joël Beauchemin purgera 90 jours de prison les week-ends. Dans le box des accusés, le conseiller du district #1 de Varennes a gardé les yeux rivés au sol tout au long de sa comparution.

Il s’agit pour lui d’une récidive puisqu’il avait déjà été arrêté à deux reprises pour conduite avec un taux d’alcoolémie supérieur à la limite permise.

L’homme de 46 ans avait déjà plaidé coupable à une seconde infraction le 10 juin dernier. Son permis de conduire avait été suspendu et le délinquant avait payé une amende de 1400 $.

Fortement intoxiqué

Selon la Couronne, M. Beauchemin était en état d’ébriété avancé lorsqu’il a percuté une voiture stationnée, alors qu’il circulait en sens inverse.

«Lorsqu’il (l’accusé) a été conduit au poste de police, il pensait que le véhicule qu’il avait heurté était en circulation», a indiqué Me Cimon Sénécal, procureur de la Couronne.

Rencontrée par le Journal en fin de journée hier, la mère de l’accusé croit que son fils «a fait une gaffe, mais qu’il doit maintenant payer pour». Marie Collette estime que ce bref séjour en prison donnera une leçon à son fils qui buvait plus fréquemment depuis sa récente séparation.

«Je le connais... Je suis certaine qu’il va arrêter et qu’il va entrer dans les AA. J’ai vu son visage en Cour et je pense qu’il a compris», a-t-elle fait savoir.

«C’est dur en prison, c’est pas facile», a d’ailleurs soufflé M. Beauchemin devant la Cour. Selon sa mère, Joël Beauchemin ne compte pas démissionner de son poste de conseiller municipal avant novembre. «Il va faire son temps et il ne se représentera pas aux prochaines élections», croit-elle.

Sentence « appropriée »

Avant de rendre sa sentence, la juge Louise Leduc s’est adressée à l’audience pour commenter l’infraction et pour justifier sa décision.

«M. Beauchemin est cet homme chanceux qui a rencontré sur son chemin un véhicule stationnaire, mais ça aurait très bien pu être un être humain», a-t-elle dit.

Le conducteur fautif écope de 90 jours d'incarcération à purger de façon discontinue les samedis et dimanches ainsi qu’une interdiction de conduire de trois ans.

L’accusé demeure détenu jusqu’à mercredi. Il reviendra devant le tribunal mercredi à Longueuil pour régler un dossier datant de septembre 2010.

Commentaires