/entertainment/movies
Navigation
«Gabrielle»

Alexandre Landry remporte un prix

Gabrielle Marion-Rivard
Photo Les Films Séville Gabrielle Marion-Rivard

Coup d'oeil sur cet article

Le comédien Alexandre Landry a remporté un prix pour son rôle dans Gabrielle, le nouveau long métrage de Louise Archambault, dans lequel il joue un déficient intellectuel. Il a reçu le Valois du meilleur acteur au Festival du film francophone d’Angoulême, en France, hier. Le film a aussi obtenu le Valois Mégalis remis par le jury étudiant.

24h s’est entretenu avec Alexandre Landry, alors qu’il venait tout juste d’apprendre la nouvelle par message texte. «C’est la grosse euphorie, s’est-il exclamé à l’autre bout du fil. Je ne m’attendais pas à ça, je ne savais même pas qu’on était en compétition officielle là-bas.»

Gabrielle est l’histoire d’une jeune femme atteinte du syndrome de Williams, incarnée par Gabrielle Marion-Rivard, qui possède une joie de vivre contagieuse en plus d’un don exceptionnel pour la musique. Alexandre Landry joue Martin, l’homme de sa vie.

Animé par une quête d’authenticité, le comédien juge que c’est le temps passé avec les déficients intellectuels qui participent à la chorale dans le film et un ami d’enfance qui l’ont aidé à comprendre son rôle. «J’ai eu un ami quand j’étais très jeune qui vivait avec le syndrome de Williams, explique-t-il. Comme j’étais proche de lui, j’ai eu accès à ses tics et à sa couleur.»

Même si Gabrielle comprenait bien son rôle, Alexandre a dû devenir un véritable complice pour parvenir à jouer les moments charnels du film avec elle. «Cela a demandé beaucoup d’heures de répétition pour avoir accès à sa réalité et sa tendresse, expose-t-il. J’ai été très proche d’elle.»

Jouer sans juger

Alexandre Landry n’était pas assuré d’avoir le rôle et Louise l’invitait à rencontrer les membres de la chorale pour voir comment il interagirait. «Je suis arrivé à l’avance et j’ai participé à tous leurs jeux, se remémore-t-il. J’ai su par après que Louise me regardait à travers la porte.»

Celui qui se faisait surnommer à la blague le «névrosé typique» par les chanteurs a confié avoir beaucoup appris d’eux. «Ce sont des gens qui sont dans le moment présent, souligne-t-il. Ça faisait du bien d’oublier tous mes soucis en leur compagnie.»

Le film Gabrielle prendra l’affiche le 20 septembre prochain.

 

 

Commentaires