/misc
Navigation

Nos auteurs

Nicolas LachanceSteve TremblayStéphane MartineauSteeve MonnièrePierre-Olivier CorbinGabriel Talbot-LachanceFrançois JeanÉtienne RichardDidier OuelletAntoine Corbin

La grande Dépression de Nintendo : Le succès est-il dans un autre château?

Coup d'oeil sur cet article

Hier, la machine du grand N s'est mise en route. Deux annonces qui se voulaient fracassantes ont surgi sur Twitter et sur les réseaux sociaux : premièrement la Wii U, la dernière née comme console de salon, allait subir dès le 20 septembre simultanément à la sortie de Legend of Zelda : Wind Waker HD une baisse de prix (349$ à 299$) ; ensuite, Nintendo annonce la sortie du Nintendo 2DS le 12 octobre, simultanément à Pokemon X&Y. Que devons-nous penser de tout ça ?

En fait, ces nouvelles sont inquiétantes à divers niveaux. Premièrement, nous nous devons de rappeler que la Wii U est un échec retentissant, et ce, depuis sa sortie sur les tablettes le 18 novembre passé. Déjà qu'elle refusait de s'écouler pendant la période des Fêtes, ce qui inquiétait avec raison plusieurs revendeurs, mais elle a également souffert d'un manque de nouveautés de qualité depuis sa sortie. Les acheteurs ont dû fonder leurs espoirs sur la Virtual Console qui, à l'inverse de la Wii originale, n'offre pas de titres extraordinaires (exception faite de Earthbound... sorti il y a un mois à peine!)

Ensuite, l'annonce de la 2DS... lorsque j'ai vu cela, mon premier réflexe a été de penser que le site sur lequel j'étais faisait une blague élaborée (ou était piraté par un gamer à l'humour douteux). J'ai ensuite compris qu'il n'en était rien, et que j'avais bel et bien devant les yeux le dernier Game Boy Micro de Nintendo. Les deux plates-formes se comparent assez bien, en fait : ce sont des produits peu dispendieux qui cherchent à atteindre un public niche (ici, les enfants en bas de 7 ans). Pour avoir travaillé cinq ans pour un des plus grands réseaux de boutiques de jeux vidéos en Amérique du Nord et parce que j'ai vu arrivé sur les tablettes ledit Micro, voici ma prédiction : la console sera un échec monumental. Pourquoi ? En premier lieu, parce qu'il y a peu de jeux disponibles sur les tablettes pour les enfants en bas de sept ans. Durant mes années comme conseiller, les seuls disponibles sur DS, pourtant une console ayant un fort public d'enfants en bas âge, étaient les quelques Nintendogs et la série Imagine. Ce n'est un créneau très payant ni pour les développeurs, ni pour les revendeurs. En deuxième lieu, parce que la console perd tout son intérêt sans la 3D. Faisons l'exercice d'enlever le « 3 » dans « 3DS »... il ne reste que DS, une console vieille de 9 ans et comparable pratiquement en tout point à la 3DS sans 3D. Également, le format « tablette » de la nouvelle 2DS fait en sorte que l'enfant ne peut pas la trimballer dans sa poche. Ça peut paraître comme un élément anecdotique, mais pour un enfant, ça fait toute la différence du monde. En plus, exit Streetpass... Pour toutes ces raisons, de sortir une version remâchée d'une console qui réussit bien, et ce, pour un marché aussi réduit, on cherche la logique, Nintendo... Pourquoi ne pas plutôt investir ces fonds dans le développement de nouveaux jeux originaux (on en a assez des suites réchauffées, Nintendo!) sur la Wii U, une console cruellement en recherche d'identité?

Ne nous leurrons pas. Durant les prochains mois Nintendo, sur les réseaux sociaux et dans leurs Nintendo Direct, vont probablement annoncer le succès de la 2DS et les ventes revigorées de la Wii U. Je me doute que ces chiffres ne soit qu'un spin médiatique et que la vérité va surgir au moment où les chiffres de ventes NPD vont être disponible, quelques mois après la mise en effet de ces deux annonces.

En conclusion, comment définir Nintendo en 2013 ? On peut rester positif, puisque la compagnie dispose d'un large fonds de roulement. À l'inverse de mon collègue Steve, je ne crois pas que Nintendo prendra la « route Sega » d'ici la prochaine année, ni même dans un futur rapproché. Je crois plutôt que la compagnie va devenir une compagnie « niche » qui dirigera un marché minuscule, mais entièrement à lui. Cependant, le roi d'un pays habité uniquement par lui-même est-il réellement un roi? De rester positif ne veut pas dire d'être naïf : avec la sortie prochaines du PS4 et du Xbox One, en plus d'une Vita qui saura se faire aimer à Noël avec l'arrivée de Killzone et autres, la place laissée à Nintendo fond au soleil. D'où la pertinence de ma question de départ, encore sans réponse : pour Nintendo, le succès est-il dans un autre château ?