/lifestyle/casa
Navigation
Fleurs et jardins

Terrible scarabée japonais!

Coup d'oeil sur cet article

Depuis quelques années, on assiste, dans plusieurs régions du Québec, à une véritable invasion du scarabée japo­nais (Popilia japonica).

Depuis quelques années, on assiste, dans plusieurs régions du Québec, à une véritable invasion du scarabée japo­nais (Popilia japonica).

Originaire de l’est de l’Asie – principalement du Japon –, cet insecte a été accidentellement introduit aux États-Unis en 1916 et environ une vingtaine d’années plus tard au Canada. Le scarabée japonais adulte est un coléoptère qui mesure approximativement 1,3cm (1/2po) de longueur. Sa tête et son thorax sont verts métalliques, tandis que ses élytres – sorte de carapace qui recouvre ses ailes – sont de couleur brun cuivré. La larve, généralement retrouvée dans le sol, atteint 2,5cm (1po) de longueur. Elle est de couleur blanc crème avec la tête brune, enroulée en forme de C et possède trois paires de pattes.

Le cycle biologique du scarabée japo­nais est univoltin, c’est-à-dire qu’une seule génération d’insectes appa­raît chaque année. Après l’accouplement, qui survient généralement en juillet, les femelles pondent trois ou quatre œufs qu’elles enfouissent sous la surface du sol. Une femelle peut pondre jusqu’à 60 œufs au cours sa vie. L’éclosion des œufs se fait deux semaines après la ponte. Du mois d’août jusqu’au mois d’octobre, les larves se trouvent près de la surface du sol où elles se nourrissent activement des racines de certaines graminées. Avant l’arrivée de l’hiver, les larves se réfugient dans les couches plus profondes du sol, jusqu’à 30cm sous la surface. Au printemps suivant, elles remontent vers la surface pour se nourrir encore. Vers la fin de mai et au début de juin, elles commencent alors leur transformation en adultes pour ensuite émerger du sol entre la fin juin et le début juillet.

IL BOUFFE TOUT SUR SON PASSAGE!

Le scarabée japonais adulte est actif par temps chaud et ensoleillé, lorsque le thermomètre atteint 21 ºC. Il se nourrit de près de 300 espèces végétales différentes! Parmi ses plantes préférées, mentionnons les cerisiers, framboisiers, pommiers, pommetiers, pruniers, rosiers, tilleuls, vignes et weigelas. Cet insecte s’attaque d’abord aux pétales des fleurs ainsi qu’aux feuilles tendres qu’il dévore parfois entièrement. Par la suite, il cause des dommages aux feuilles plus coriaces et s’attaque même aux fruits de certaines plantes! Il mange les tissus compris entre les nervures, donnant ainsi un aspect squelettique au feuillage. La larve, quant à elle, se nourrit principalement des racines du gazon, ce qui le fait rapidement jaunir et brunir. Elle peut aussi parfois manger les racines d’autres graminées ainsi que de certaines plantes potagères comme la pomme de terre, par exemple.

COMMENT S’EN DÉBARRASSER?

Dès que vous voyez des adultes sur vos plantes, éliminez-en le plus possible manuellement. Faites la cueillette très tôt le matin, lorsque les scarabées sont encore couverts de rosée et moins aptes au vol. Afin de faciliter la cueillette, je vous suggère d’utiliser un aspirateur d’atelier pour déloger ces insectes. Vous pouvez également vaporiser de l’huile de neem (margousier) sur les feuilles des plantes infes­tées. Ce produit toxique pour le scarabée japonais a pour effet de le repousser. Vaporisez de nouveau de l’huile de neem après chaque pluie. Enfin, on peut réduire l’infestation en installant près des plantes attaquées un piège à phéromones spécialement conçu pour capturer les scarabées japonais.

Si votre pelouse est particulièrement affectée par les larves de scarabées japonais, vous pouvez utiliser des nématodes bénéfiques afin de les éliminer. Les nématodes sont des petits vers microscopiques qui parasitent les larves de scarabées. Ils se présentent dans une éponge qu’on doit mettre dans un pulvérisateur et qu’on branche ensuite à un tuyau d’arrosage. On peut les appliquer de la mi-août à la mi-septembre, lorsque la température du sol est supérieure à 14 °C. Il est également souhaitable de répéter le traitement au printemps suivant, de la mi-mai à la fin de mai. N’oubliez pas de garder le sol très humide durant les deux semaines suivant le traitement. De plus, laissez les merles et les étourneaux arpenter votre pelouse, ils raffolent des larves de scarabées japonais!

GARE AU MERIT!

Je vous recommande fortement de ne pas utiliser le pesticide Merit qui est vendu dans certains centres de jardinage et que certaines entreprises d’entretien de pelouse emploient pour lutter contre le ver blanc. L’ingrédient actif de ce produit est l’imidaclopride, un composé apparenté à la nicotine qui, en plus de tuer de nombreux insectes, affec­te le système nerveux des mammifères. L’étiquette mentionne que des produits comestibles ne peuvent pas être plantés avant un an après l’utilisation de ce produit. Nos enfants et animaux domestiques qui jouent sur les pelouses ne méritent-ils pas la même protection que les tomates? L’imidaclopride, fortement soupçonné de contribuer au déclin des abeilles et d’autres insectes pollinisateurs, sera banni dans toute l’Europe dès décembre 2013. Qu’attend le gouvernement canadien pour faire de même?  

 

Commentaires