/news/currentevents
Navigation
Richard Henry Bain

L'auteur présumé de l'attentat du Métropolis de retour devant la justice en novembre

Coup d'oeil sur cet article

Richard Henry Bain a jusqu’au 4 novembre pour se trouver un avocat. Sans quoi, le juge fixera tout de même une date de procès.

L’accusé de l’attentat du Métropolis, qui se représente toujours seul, a une fois de plus fait des siennes devant la Cour supérieure, hier avant-midi. Il refuse toujours de faire appel à un avocat, sous prétexte qu’il a 60 000 $ de dettes, a-t-il dit au juge Marc David.

«Je ne suis pas admissible à l’aide juridique et je n’ai pas les moyens d’avoir un avocat», a-t-il répété à plusieurs reprises derrière la vitre du box des accusés.

L’homme de 62 ans, qui revenait en cour pour fixer la date de son procès, a demandé à la Couronne de récupérer son camion afin de le vendre et de ravoir les bijoux d’une valeur de 10 000 $ qu’il prétend y avoir à l’intérieur du véhicule.

« Je veux un procès juste »

«Je ne suis pas un avocat et je veux un procès juste», a-t-il souligné, interrompant le juge à plusieurs reprises. Ce dernier n’a pas hésité à hausser le ton pour ramener l’accusé à l’ordre. Il lui a fortement suggéré de se trouver un avocat.

«C’est à vous de vous trouver un avocat. Voulez-vous reporter ou vous désirez une date de procès?», a-t-il répété pour une énième fois.

Quelque 65 témoins devraient être appelés à la barre durant son procès, assure-t-il.

De son côté, la procureure de la Couronne responsable du dossier, Me Éliane Perreault, prévoit huit semaines pour présenter la preuve.

À la demande du juge, la sécurité a dû escorter Richard Henry Bain hors du tribunal. Insistant, il a demandé au juge d’aller de l’avant avec une date de procès, et ce jusqu’à ce qu’il quitte la salle.

Le sexagénaire fait face à 15 chefs d’accusations. Il est entre autres accusé du meurtre prémédité de Denis Blanchette et de tentative de meurtre sur 16 personnes, dont le technicien Dave Courage.

 

Commentaires