/news/currentevents
Navigation
Justice

Luigi Coretti veut ravoir son permis de port d’armes

Luigi Coretti
Photo Chantal Poirier / Agence QMI Luigi Coretti

Coup d'oeil sur cet article

Même s’il fait face à la justice pour des accusations de fraude et de harcèlement criminel, l’ex-patron de l’agence de sécurité BCIA Luigi Coretti estime qu’il devrait pouvoir renouveler son permis de port d’armes.

Luigi Coretti, 48 ans, était de retour en Cour hier pour contester le non-renouvellement de son permis de port d’armes en décembre dernier.

C’est que l’ex-patron de la défunte BCIA est notamment accusé de fraude, de fabrication et usage de faux. Mais il est aussi accusé de harcèlement

criminel et de bris de conditions. C’est à la suite de ces événements, l’an passé, que le renouvellement de son permis de port d’armes lui avait été refusé.

Coretti estime toutefois que le service de la Sûreté du Québec a commis une erreur en annonçant un refus.

«Les raisons données dans la lettre sont fausses, exagérées, inexactes», estime Coretti dans sa requête.

Il devra donc convaincre un juge du bien-fondé de sa demande, qui sera finalement entendue dans les prochains mois.

Le permis de port d’armes de Luigi Coretti avait fait les manchettes en 2010 lorsque les médias avaient fait des révélations selon lesquelles le directeur de cabinet du ministre de la Sécurité publique aurait fait des représentations pour que la SQ délivre un permis à Coretti. La SQ avait assuré que tout avait été fait dans les règles de l’art.

Commentaires