/opinion/columnists
Navigation
Franc-Parler

Mon palmarès des niaiseries

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques années, j’avais essayé de faire un smoothie à la maison. J’ai mis des morceaux de fruits, du lait et du yogourt dans un mélangeur et j’ai appuyé sur le bouton ON. Malheureusement, j’avais oublié de mettre le couvercle sur l’appareil... Résultat: j’ai repeinturé les murs de ma cuisine en jaune, rouge et bleu!

Il y a quelques années, j’avais essayé de faire un smoothie à la maison.

J’ai mis des morceaux de fruits, du lait et du yogourt dans un mélangeur et j’ai appuyé sur le bouton ON. Malheureusement, j’avais oublié de mettre le couvercle sur l’appareil...

Résultat: j’ai repeinturé les murs de ma cuisine en jaune, rouge et bleu!

ÇA REVOLE DE PARTOUT

C’est exactement ce qui arrive aujourd’hui avec le débat sur la charte. On a mis toutes sortes de questions sensibles (la religion, l’identité) dans un mélangeur, mais on a oublié de fermer le couvercle.

Avec pour résultat que ça revole de tous bords et tous côtés.

Voici mon Top 6 des pires niaiseries que j’ai pu entendre ces derniers jours sur cette question ô combien fondamentale.

1) «Ici, c’est comme ça que ça se passe. Si les immigrants ne sont pas contents, ils ont juste à retourner chez eux.»

Cette niaiserie est tellement niaiseuse qu’elle ne vaut même pas la peine d’être commentée.

2) «La charte montre à quel point les Québécois sont racistes et xénophobes.»

Non seulement la charte ne vise-t-elle aucune ethnie, race ou culture, mais elle n’empêche pas les gens de pratiquer leur religion. Quant à l’accusation de racis­me, elle est irrecevable: la société québécoise est une des plus tolérantes de la planète. Concernant le racisme, nous n’avons AUCUNE leçon à recevoir du Canada et encore moins des États-Unis.

3) «Les fonctionnaires vont se promener avec des règles pour mesurer la longueur des croix que les gens portent autour du cou.»

La France a adopté une loi sur la laïcité en 2004 et, à ma connaissance, aucun fonctionnaire français n’a encore sorti le moindre ruban à mesurer. Un signe ostentatoire, c’est comme la porno: c’est difficile à définir, mais quand t’en vois un, tu le sais.

4) «On perd notre temps à parler de ça. Il y a des choses plus importantes, comme l’économie.»

Un gouvernement, c’est comme une personne: il peut marcher et mâcher de la gomme en même temps. Et, désolé de froisser mes amis de droite (qui, comme les marxistes, ne s’intéressent qu’aux chiffres), mais il y a des choses plus impor­tantes que l’économie. L’économie va bien en Arabie saoudite: ça vous tenterait d’y vivre?

Un pays, ce n’est pas une entreprise, ça ne sert pas qu’à mettre de l’argent dans les poches de ses actionnaires...

5) «Le PQ a présenté cette charte par électoralisme, pour avoir des votes...»

Hein? Êtes-vous en train de me dire que les gouvernements veulent se faire réélire? Ah ben, maudit!

Plus sérieusement, pourquoi pensez-vous que le PLQ et les candidats à la mairie de Montréal dénoncent tous la charte à grands cris? Pour séduire leurs électeurs issus des communautés culturelles, pardi! Ils ont une peur bleue de perdre leurs votes.

L’électoralisme est à la politique ce que l’humidité est à l’eau.

6) «Le crucifix de l’Assemblée nationale n’est pas un signe religieux, mais un symbole patrimonial...»

C’est ça. Et mon auto n’est pas un moyen de transport, mais un morceau de métal muni d’un moteur et de quatre roues.

 

Commentaires