/misc
Navigation

Nos auteurs

Nicolas LachanceSteve TremblayStéphane MartineauSteeve MonnièrePierre-Olivier CorbinGabriel Talbot-LachanceFrançois JeanÉtienne RichardDidier OuelletAntoine Corbin

Amnesia: A Machine for Pigs, la séquelle horrifique

Coup d'oeil sur cet article

Bien peu après que Amnesia: The Dark Descent ait fait son chemin dans la librairie des gamers en 2010, une quantité impressionnante de vidéos du dit jeu est apparue sur YouTube. La grande majorité de ces vidéos mettaient en vedette les diverses réactions et "freakouts" des joueurs qui jouaient à Amnesia. Amnesia se voulait un jeu d'horreur pur et sans compromis, déterminé à pétrifier quiconque aurait l'audace de lancer le jeu. Le titre a fait fureur, virtuellement toutes les critiques du jeu faisaient allusion à l'horreur paralysante que le jeu inspirait pratiquement sans faute à la personne qui y jouait. Certains avançaient même que Amnesia était le meilleur jeu d'horreur qui n'ait jamais été. Amnesia: The Dark Descent utilisa une panoplie de mécaniques pour achever son effet: l'impossibilité du joueur à se défendre contre des créatures sorties tout droit de l'enfer d'une imagination tordue, un système de sanité qui rendait la protagoniste de plus en plus fou et prompt aux erreurs, une lanterne qui pouvait courir à court d'huile... La liste est longue. Amnesia était un jeu qui instillait la peur par préemption, laissant l'anxiété du joueur grimper doucement mais sûrement jusqu'à ce qu'il soit mort de trouille, et ce sans même à avoir à lui faire apercevoir un monstre! Son, ambiance, jeu de lumière, tout était là pour une immersion totale. Bien sûr, quand il était finalement temps d’entr’apercevoir un gros méchant, bien des joueurs ont tout simplement fermé le jeu pour ne plus jamais le rouvrir.

Alors, quand Frictional Games, la compagnie indie responsable de Amnesia: The Dark Descent a annoncé une séquelle au jeu, l'excitation chez les admirateurs de jeux d'horreur s'est faite forte et vive. Le nouveau Amnesia a été produit en collaboration avec The Chinese Room, compagnie indie responsable du jeu vidéo expérimental intitulé Dear Esther, une sorte de roman interactif bâti sur le même moteur de jeu qu'Half-Life 2 et compagnie. The Chinese Room s'est approprié la majorité de la charge de travail alors que Frictional Games offrait un effort de développement de moindre envergure. The Chinese Room promettait un jeu différent du premier Amnesia sous plusieurs aspects, avec quelques mécaniques retirées et d'ajoutées. Tout cela dans le but que les vétérans du premier jeu ne savent pas à quoi s'attendre, et d'ainsi produire une expérience différente mais semblable à The Dark Descent. Maints joueurs étaient inquiets quant à la direction que le jeu pourrait prendre, mais l'excitation générale restait tout de même palpable. Les masses voulaient un nouveau jeu d'horreur tout aussi horriblement immersif que le chef-d'oeuvre de Frictional Games.

Alors, comment se porte Amnesia: À Machine for Pigs, sorti il y tout juste quelques jours? Eh bien, il est prudent de dire que les réactions sont mixées. Comme The Chinese Room l'a promis, plusieurs mécaniques du premier opus ont été retirées, telles que le système de sanité et la lanterne à durée de vie limitée. Le jeu est aussi bien plus court que son prédécesseur, pouvant durer juste en dessous de 3 heures si le joueur ne traine pas trop des pattes.

medium

Mais qu'en est-il de l'horreur? Est-elle tout aussi présente et écrasante que dans le premier opus de la série? Le consensus pointe vers la négative: À Machine for Pigs ne fait pas aussi peur que son papa. La tension n'est pas aussi bien construite et maintenue que The Dark Descent et la peur ne s'insinue pas aussi bien. Mais cela ne devrait pas vous convaincre à ignorer le titre, loin de là. Ce que A Machine for Pigs perd dans le département de l'horreur, il le regagne avec une histoire prononcée tout le long du jeu. Bien que Amnesia: À Machine for Pigs soit quand même bien dodue, dans le domaine de l'horreur, le vétéran de The Dark Descent ne devrait pas s'attendre à une seconde descente aux cercles de l'enfer dantesque, mais plutôt à une expérience équilibrée d'horreur et d'histoire.

Bien entendu, le jeu n'est pas sans lacune. Malgré tout, la composante d'horreur aurait pu mieux être présentée et le jeu aurait sans doute bénéficié d'une durée de vie plus grasse. Le gros problème de Amnesia: À Machine for Pigs est dans son titre. Le titre A Machine for Pigs, sans le Amnesia devant, aurait été plus approprié vu les différences du jeu par rapport à ce qui a fait Amnesia: The Dark Descent.

Amnesia: À Machine for Pigs devrait être considéré comme une bête à part et comme une expérience d'une nature différente. Le jeu saura facilement vous faire accrocher si vous prenez la peine de vous investir dans l'histoire. Un jeu que je recommande pour ce qu'il est, surtout pour le prix réduit complètement dingue dont il bénéficiera bien assez tôt sur Steam!

Vous pouvez aussi me visionner l'enregistrement de mon expérience (stream) sur Twitch.tv!

Amnesia: A Machine for Pigs est disponible sur Steam.