/misc
Navigation

Nos auteurs

Nicolas LachanceSteve TremblayStéphane MartineauSteeve MonnièrePierre-Olivier CorbinGabriel Talbot-LachanceFrançois JeanÉtienne RichardDidier OuelletAntoine Corbin

Outlast, un exemple de bon jeu d'horreur

Coup d'oeil sur cet article

À peu près une semaine avant la sortie du deuxième opus d’Amnesia, un autre jeu d’horreur a montré le bout de son nez. Développé par Red Barrels, un développeur indépendant basé à Montréal, Outlast a fait moins de bruits que Amnesia: A Machine for Pigs mais a gagné beaucoup de visibilité en peu de temps. Cela est sans doute à cause de la sortie presque simultanée des deux jeux ainsi que des comparaisons inévitables entre ces derniers. Alors, est-ce que Outlast réussit à offrir une expérience tout aussi terrifiante que le dernier Amnesia?

La prémise d’Outlast semble aux abords bien clichée, mais elle fait des merveilles. Vous êtes un journaliste à la recherche de matériel d’articles et vous recevez un tuyau sur des activités louches et illégales dans un asile récemment ré-ouvert après avoir été un bon nombre d’années d’inactivité. Le dénonciateur de la compagnie responsable des activités suspectes ne vous donne pas plus d’informations, vous poussant à aller voir par vous-même. Armé d’une caméra et de votre curiosité, vous vous retrouvez devant l’asile au milieu de la nuit, seul et sans signal téléphonique. Vous voyez très bien où ce genre de prémise peu mener!

Outlast-Horror

Les mécaniques du jeu tournent principalement autour de la caméra du protagoniste. Avec cette dernière, le joueur pourra capturer sur films les évènements se produisant dans l’asile dans le but d’éventuellement faire éclater la vérité sur l’endroit. Toutefois, la tâche ne sera pas facile, car un accident étrange s’est déroulé dans l’établissement de santé et les patients de l’asile marchent maintenant librement dans les sombres couloirs. À part quelques exceptions, vous ne saurez jamais qui vous sautera au visage et qui vous laissera gambader librement. Après tout, on parle de patients enfermés dans un asile! Mais quand le danger sera présent et réel, vous pourrez compter sur votre caméra et de sa vision nocturne pour vous mettre à l’abri, car vous êtes dans la presque impossibilité de vous défendre! Alors, trouvez le placard le plus proche et n’en sortez plus!

Étant donné la nature indépendante du jeu, la qualité des graphismes du jeu est très impressionnante. Les graphismes sont très facilement comparables aux derniers titres AAA et surpassent facilement Amnesia sur pratiquement tous les points. La vision nocturne de la caméra est très réussite au point d’en donner la chair de poule. L’ambiance sonore est celle qu’on s’attend à retrouver dans un asile dans lequel plus rien ne va. Bref, une présentation impeccable!

Outlast est un jeu que j’ai apprécié davantage que Amnesia: A Machine for Pigs. Le jeu est bien plus long, et ce, pour la même étiquette de prix. Mon coeur a battu bien plus vite dans Outlast que A Machine for Pigs. La raison est peut-être que je savais déjà à quoi m’attendre en jouant à Amnesia, Outlast étant une expérience tout à fait nouvelle pour moi. Bref, si vous cherchez un solide jeu d’horreur qui saura vous donnez plusieurs heures de « plaisir », Outlast est pour vous!

Outlast est disponible sur Steam.