/entertainment/celebrities
Navigation
La vie montréalaise

Vincent Vallières, marchand d’espoir

Coup d'oeil sur cet article

 

Malgré plus de 100 000 exemplaires vendus de son précédent opus, Le monde tourne fort, le succès n’a nullement monté à la tête de Vincent Vallières. C’est d’ailleurs avec une touche d’humilité qu’il l’aborde: «Je ne vois pas le succès comme une fin en soi. Ça ne fait pas de moi un meilleur auteur-compositeur-interprète; ça fait de moi un auteur-compositeur-interprète plus connu. Par contre, le succès m’a apporté beaucoup de rencontres, de voyages et de participations à toutes sortes de spectacles. Ce sont de super belles expériences sur le plan humain, et ça a nourri l’écriture de nouvelles chansons.» Ainsi est né Fabriquer l’aube, sixième opus résolument optimiste lancé hier à La Tulipe, remplie à craquer. «Je ne suis pas des plus optimistes dans la vie. C’est un peu ma thérapie la musique. J’espère que mes enfants n’auront pas de moi une image pessimiste. C’est pour cette raison que c’est important de faire poindre de la lumière à travers les réalités décrites dans le disque.»

Commentaires