/lifestyle/columnists
Navigation

Quoi faire quand une belle-mère toxique nous ruine la vie?

Coup d'oeil sur cet article

Voici mon opinion sur une lettre parue cet été dans laquelle une belle-fille réagissait à la lettre d’une autre qui vous avait fait part des difficultés vécues avec une belle-mère qui ne l’aimait pas. Je n’avait pas lu la première lettre, mais la seconde m’a fait bondir, car je fus moi-même victime d’une belle-mère, et tout comme son mari, le mien faisait semblant de ne rien voir. Quand je me plaignais de sa mère il me disait de faire l’impasse parce que selon lui « Y’avait rien là! ».

Voici mon opinion sur une lettre parue cet été dans laquelle une belle-fille réagissait à la lettre d’une autre qui vous avait fait part des difficultés vécues avec une belle-mère qui ne l’aimait pas. Je n’avait pas lu la première lettre, mais la seconde m’a fait bondir, car je fus moi-même victime d’une belle-mère, et tout comme son mari, le mien faisait semblant de ne rien voir. Quand je me plaignais de sa mère il me disait de faire l’impasse parce que selon lui « Y’avait rien là! ».

J’ai enduré ça huit ans, jusqu’à ce que ma coupe déborde et que je décide un matin de ne plus la fréquenter. Mon mari m’en a voulu, et d’une certaine manière, ça nous a menés au divorce. Mais je n’ai jamais empêché mes enfants de la voir, et ce fut je crois la meilleure décision. Eux qui ne comprenaient pas au début ma hantise de leur grand-mère en ont été victimes dès qu’ils sont devenus adultes. Cette femme aime son fils, leur père, mais elle n’aime personne d’autre. Et 35 ans plus tard, eux non plus ne la fréquentent plus. Elle a son fils pour elle toute seule, car elle a réussi à éliminer toutes les autres femmes qu’il a eues dans sa vie après moi.

Cette mégère a aujourd’hui 88 ans et elle vit dans une résidence. Son fils la visite à l’occasion pour remplir son devoir, depuis qu’il a pris conscience qu’elle l’avait privé avec son consentement, de toute possibilité de vie de couple. Alors à cette jeune dame qui continue à supporter une belle-mère toxique je dis : « Mets ton mari au pied du mur en le forçant à choisir entre elle et toi, si non tu signes ton arrêt de mort! T’es-tu déjà demandé pourquoi tant de personnes âgées n’ont jamais de visite en centre d’accueil? Il faut apprendre à mettre de côté le fameux commandement de Dieu qui dit « Père et mère tu honoreras... » lorsque la personne qu’on nous demande d’honorer ne le mérite pas. »

Une femme qui a appris à se respecter

En cette matière comme en d’autres, il faut savoir utiliser son gros bon sens. Le respect de l’autre, ça va dans les deux sens. Et la solution de se retirer d’une relation toxique au lieu de se manquer de respect à soi-même, ou encore de s’enliser dans une bataille inégale et perdue d’avance, me semble idéale. Par contre, je n’irais pas jusqu’à dire que tous les esseulés des centres d’accueil méritent leur sort, puisque c’est faux.

 

Commentaires