/news/currentevents
Navigation
Défense nationale

Des micros dans les murs du futur QG : histoire d'espionnage

Caméra surveillance
Photo Fotolia La Défense nationale pourrait abandonner son projet de déménager son quartier général dans un nouveau site, par crainte d'espionnage.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – La Défense nationale pourrait abandonner son projet de déménager son quartier général dans un nouveau site, par crainte d'espionnage.

De l'équipement d'écoute électronique a en effet été trouvé sur le site en question, l'ancien siège social de Nortel. Cette information, qui a été niée mardi par le bureau du ministre de la Défense, a été confirmée par certaines sources.

Le site de Nortel est un vaste campus qui comporte plusieurs immeubles, que le gouvernement a achetés pour environ 208 millions $. Près de 800 millions $ étaient prévus pour le rénover et y installer les quartiers généraux de la Défense nationale.

Or, on a découvert plusieurs micros, plusieurs appareils d'écoute électronique à l'intérieur même des immeubles. On ne sait pas -ou on ne dit pas- à quel moment ces micros ont été installés. Le géant Nortel avait déjà été victime d'espionnage industriel.

«C'est vraiment une organisation qui était infiltrée, et la cible d'espions chinois», a commenté l'expert en espionnage Michel Juneau-Katsuya.

Aussi une question d'argent

Mais il n'y a pas que la présence de micros. Selon des documents obtenus par le Ottawa Citizen, l'ancien ministre de la Défense nationale Peter McKay avait été prévenu qu'il y aurait des dépassements de coûts, à cause des problèmes de sécurité, et que la facture pourrait substantiellement dépasser 1 milliard $.

L’inspection d’une seule pièce pour détecter la présence de micros coûte 2000 $ et il y a des centaines de pièces. Il s’agit de tout un casse-tête pour Ottawa.

 

Commentaires