/news/currentevents
Navigation
Trophée Roses des sables

Un rallye qui attire les femmes d’ici

La moitié des participantes viennent du Québec

Un rallye qui attire les femmes d’ici
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécoises semblent avoir soif de sensations fortes, car plus de la moitié des participantes au Trophée Roses des sables, qui se tient dans le désert marocain, viennent d’ici.

Les Québécoises semblent avoir soif de sensations fortes, car plus de la moitié des participantes au Trophée Roses des sables, qui se tient dans le désert marocain, viennent d’ici.

Plus de 200 Québécoises traverseront l’Atlantique cette fin de semaine pour les derniers préparatifs du rallye 100 % féminin d’origine française, qui commence officiellement le 10 octobre.

Des équipes des quatre coins du globe partiront de France pour traverser l’Espagne et se rendre au Maroc affronter la rudesse du désert du Sahara. Pendant 10 jours, elles tenteront de s’orienter avec carte et boussole pour rejoindre les différents points de contrôle en parcourant le moins de ­kilomètres possible.

«Depuis quelques années, il y a plusieurs Québécoises. Le rallye s’est fait connaître à la télé, explique Laurence Sécher, porte-parole du Trophée Roses des sables. Il y a un engouement. Elles aiment le dépassement de soi.»

Dehors, le confort

C’est exactement pour ces raisons que Chantal Lalonde et Martine ­Cusson ont décidé de s’inscrire et de former l’équipe des Dynamos. Car tout peut arriver pendant cette aventure: s’égarer dans les dunes, avoir une crevaison ou encore un bris mécanique.

«J’avais la volonté de me mettre en danger. Je suis très organisée, très prévoyante, là, je sais que je ne pourrai pas contrôler plus de la moitié!» s’exclame Mme Lalonde, une gestionnaire de patrimoine privé de 47 ans.

Déjà, les préparatifs n’ont pas été de tout repos. Les drapeaux ont été fabriqués dans le mauvais tissu, les autocollants des commanditaires ont été mal imprimés et leur contact n’a toujours pas essayé la voiture qu’elles ont louée pour le rallye.

Trouvant l’unique journée de formation qu’elles ont eue insuffisante, elles ont suivi des cours supplémentaires d’utilisation de carte et boussole et de conduite dans le sable. Elles se sont aussi entraînées pendant une journée à enlever et remettre les pneus sur leur voiture.

«Ma voiture n’a jamais eu autant de pneus changés pour rien», rigole ­Martine Cusson, directrice adjointe dans trois écoles primaires.

Leur collecte de fonds a toutefois été plus facile en raison des contacts de Chantal Lalonde (qu’elle remercie, par ailleurs).

Pour aider

L’aspect humanitaire de la compétition plaisait également aux deux aventureuses. Elles ont décidé non seulement d’apporter du matériel scolaire aux enfants marocains démunis, mais aussi de parrainer une jeune fille, alors que la plupart des équipes ­choisissent une des deux initiatives.

Mme Cusson a aussi profité de l’occasion pour enseigner la persévérance dans ses écoles. Pendant qu’elle trime dur dans le désert, celles-ci auront des défis à relever. À son retour, elle fera la tournée des classes pour raconter des moments où elle a dû faire preuve de persévérance.

À la conquête du désert

Rallye entièrement féminin en 4x4, quad ou motocyclette dans le désert marocain.
13e présentation du 10 au 20 octobre 2013.
408 participantes dont 217 Québécoises. Les autres viennent de France (175), Suisse (8), Belgique (6), Luxembourg (1) et Monaco (1).
2000 participantes en 13 ans.
6000 km parcourus.
But: Parcourir l’étape du jour avec un carnet de bord, une carte et une boussole en respectant les différents points de contrôle.
Les gagnantes sont celles qui franchissent les étapes du rallye avec le moins de kilomètres parcourus. La notion de vitesse est exclue.
Initiative française du pilote Jean-Jacques Rey (Paris-Dakar, Rallye des Pharaons, Rallye de Tunisie, etc.).
Volet communautaire en soutenant l’association Enfants du Désert. Les participantes peuvent parrainer un enfant toute l’année et le rencontrer pendant la compétition. Elles apportent aussi 50 kg de matériel (scolaire, hygiène, etc.) qui sera offert à des mamans marocaines démunies.
Volet environnemental avec un prix de 1000 euros au meilleur projet qui peut toucher l’économie de carburant pendant le rallye, avec des actions de préservation comme l’installation de panneaux solaires ou la sensibilisation des autres concurrentes.
35 tonnes de matériel donné aux enfants marocains (en comparaison, un éléphant pèse entre 3 et 5 tonnes).
Source: Trophée Roses des sables
Commentaires