/entertainment/shows
Navigation
Concert aniversaire

Claudette Dion chante Piaf

Claudette Dion Piaf
Photo Pascale Lévesque / Agence QMI Partout dans la francophonie était célébré, jeudi, le 50e anniversaire du décès de la «Môme Piaf».

Coup d'oeil sur cet article

Partout dans la francophonie était célébré, jeudi, le 50e anniversaire du décès de la «Môme Piaf». Alors que de l’autre côté de l’Atlantique, Patricia Kaas donnait la 100e représentation de son concert Kaas chante Piaf à l’Olympia de Paris, qui de mieux désigné ici que Claudette Dion, pour célébrer la légendaire artiste.

Il y a longtemps que Claudette Dion chérit Piaf, toujours actuelle et aimée, cinq décennies après sa disparition. Après un album lui étant dédié, paru il y a plus de dix ans, et un spectacle qu’elle a trimballé jusqu’à Paris, Claudette Dion a ressuscité ses chansons impérissables le temps d’un concert-hommage mémorable, jeudi soir, au Théâtre Rialto.

Entièrement dédié à l’illustre artiste, le spectacle était ponctué d’histoires racontant des parcelles de sa vie, de sa naissance jusqu’à son décès, à l’âge de 47 ans. Une existence qui aura été brève, mais intense, parsemée d’épreuves et d’histoires d’amour. Projections, danseurs, invités, et évidemment, le son de l’accordéon qui évoquait les rues de Belleville, ont replongé le public à cette belle époque de la chanson française.

Claudette Dion rend gracieusement et honorablement les incontournables du mythe français, avec sa voix puissante dont le timbre et le trémolo ressemblent indiscutablement à ceux de Piaf. La soirée a débuté avec La vie en rose et Mon manège à moi, interprétées devant des photos de la défunte chanteuse projetées en fond de scène.

«C’est un immense privilège d’être ici, le soir même du 50e anniversaire, a-t-elle dit avant d’entamer L’accordéoniste. Merci d’être là pour elle. Tout le monde sait qu’elle n’a pas eu une vie facile. La légende dit qu’elle serait née sous les réverbères, moi j’ai envie d’y croire. (...) J’ai envie de vous amener directement, avec cette chanson, dans cette époque, et sur cette rue.»

Une soirée émouvante

Accompagnée de quatre musiciens et deux choristes, Claudette Dion a revisité 25 chansons tirées d’un répertoire qui en compte 400, dont Padam Padam, Les flons flons du bal, La foule et Milord. Des standards aujourd’hui internationaux.

Un moment bien émouvant que celui où a été jouée une bande sonore sur laquelle Édith Piaf expliquait comme elle se sentait lorsqu’elle était amoureuse, préambule à la chanson C’est l’amour.

Un des participants de l’émission La Voix, Jean-Sébastien Lavoie, a rejoint la sœur de Céline pour À quoi ça sert l’amour et Plus bleu que tes yeux, avant un medley des plus belles valses de Piaf, sur lesquelles des danseurs ont investi la scène avec elle.

Il est revenu plus tard épaulé par une chorale, pour une version magistrale de la pièce Les trois cloches. Les Non, je ne regrette rien et L’Hymne à l’amour étaient évidemment réservées pour la fin.

Le temps n’a pas effacé l’engouement pour le phénomène Piaf. Plusieurs personnalités de la colonie artistique étaient présentes pour souligner la disparition de la chanteuse, dont Joël Legendre, Michel Bergeron, Danielle Ouimet, Marie-Élaine Thibert, Nadja, ainsi qu’évidemment, quelques membres de la famille Dion.

Le spectacle se transportera également au Casino de Hull les 26 et 27 octobre, puis à la Caravelle de St-Jérôme les 7 et 10 novembre.

Commentaires