/news/health
Navigation

Des patients branchés directement à leur médecin

Ma première ligne numérique en santé prend son envol

Medecin
© Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Des patients québécois pourront sous peu être en contact direct avec leur médecin au moyen de leur tablette ou de leur ordinateur, dans le cadre d’un projet de 18 millions $ qui mise sur le recours aux technologies de l’information pour améliorer les soins de première ligne.

Mis en marche discrètement par le gouvernement Charest juste avant les dernières élections, le projet Ma première ligne numérique en santé prend son envol dans deux Groupes de médecine familiale (GMF) et deux CSSS situés à Montréal, Québec et en région.

Leurs noms seront rendus publics d’ici trois semaines, le temps que les contrats soient finalisés, a fait savoir, hier, la directrice générale du CEFRIO, Jacqueline Dubé, qui préside le conseil d’administration de Ma première ligne numérique en santé.

Le ministère des Finances injecte 9 millions $ dans ce projet en innovation sociale qui doit s’échelonner jusqu’en mars 2015. Deux partenaires privés, Telus et Audisoft, y contribuent pour un montant analogue.

Dans les quatre lieux d’expérimentation retenus, des plateformes Web relieront les équipes soignantes aux patients pour le suivi pédiatrique et celui des maladies chroniques.

Questionnaire pré-visite

À titre d’exemple, le médecin enverra aux parents sélectionnés un questionnaire Internet pré-visite en pédiatrie. Les parents disposeront ainsi de plus de temps pour répondre aux questions. Au moment de la visite, le médecin aura déjà en main les informations de base.

«Pour le suivi de la clientèle pédiatrique, le carnet informatique remplacera le carnet habituel. Le parent aura accès sur sa tablette au suivi de croissance de son enfant. Il sera en contact direct avec le médecin qui pourra enclencher des mécanismes de relance», a expliqué Mme Dubé au colloque informatique-santé de l’Association d’établissements de santé et de services sociaux (AQESSS), à Québec.

Engagement ferme

Ce projet nécessitera un engagement ferme des équipes médicales qui devront transformer leurs pratiques, a-t-elle ajouté.

L’accessibilité à Internet n’est pas un frein à ce projet, selon Mme Dubé, puisque 80 % des familles sont branchées.

Si les résultats sont concluants, Ma première ligne numérique en santé s’étendra à d’autres établissements.

 

Commentaires