/news/currentevents
Navigation
Manifestation

Manifestation au centre-ville: trois arrestations et 29 individus interpellés

Coup d'oeil sur cet article

Pas d'itinéraire, pas de manifestation: le mot d'ordre semblait très clair chez les policiers, jeudi après-midi, au centre-ville de Montréal, à l'occasion de la manifestation organisée dans le but de protester contre le projet de pipeline d'Enbridge.

Au final, la marche n'aura duré que quelques minutes. Le bilan: trois arrestations pour voies de fait ou agression armée sur un agent de la paix.

Vingt-neuf individus, dont un mineur, ont également été interpellés pour avoir participé à une manifestation illégale. Ils ont ainsi reçu un constat d'infraction de 637 $, en vertu du règlement municipal P-6.

«Les manifestants ne nous ont pas transmis leur itinéraire», a indiqué l'agent Danny Richer, porte-parole de la police de Montréal.

Dès le départ, la manifestation a donc été déclarée illégale. Les quelque 300 protestataires n'ont marché qu'une centaine de mètres avant que les policiers ne les invitent à prendre les trottoirs.

Quelques affrontements ont alors eu lieu entre une poignée de manifestants et quelques policiers.

Personne n'a été blessé.

La manifestation, dont le rassemblement de départ était prévu au square Victoria, avait été organisée par la CLAC (Convergence des luttes anticapitalistes), et avait pour but de dénoncer le projet d'inversion d'oléoduc d'Enbridge.

L'Office national de l'énergie tient des audiences au palais des congrès de Montréal du 8 au 11 octobre, afin de permettre aux gens de venir exprimer leurs inquiétudes face à ce projet controversé.

Sur son site Internet, la CLAC avait invité tous ceux qui s'opposent à ce projet de se rendre au centre-ville dans le but de manifester leur mécontentement.

 

Commentaires