/news/politics
Navigation
Rénovation ou démolition

16 écoles montréalaises seront rénovées ou démolies

Marie Malavoy
PHOTO agence QMI, ETIENNE LABERGE Marie Malavoy, ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport.

Coup d'oeil sur cet article

 

MONTRÉAL | La ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Marie Malavoy, a annoncé un investissement de 46 millions $ visant à assainir 19 écoles québécoises, dont 16 se trouvent à Montréal.

Ce montant fait partie de l’enveloppe de 401 millions $ annoncée plus tôt cette semaine par le gouvernement de Pauline Marois en vue de rénover plusieurs écoles mal en point du Québec, le plan Priorité emploi.

Les écoles visées souffrent notamment de problèmes de moisissure, ce qui entraîne depuis des années des troubles de santé chez les enfants et le personnel des établissements.

Un montant de 74 millions $ sera également alloué pour d’autres réparations, comme la fenestration, la réfection de toits et le changement de la plomberie.

«Ce qu’on a fait jusqu’à maintenant pour nos écoles, c’était bien, a lancé la ministre, mais ce n’était pas assez. Aucun gouvernement avant nous ne s’est attaqué au problème de la qualité de l’air comme on le fait.»

Les travaux touchent environ 10 000 enfants et quelque 600 professionnels du milieu scolaire.

Le ministre responsable de la région de Montréal, Jean-François Lisée, a qualifié «d’inacceptables » les conditions dans lesquelles étudient plusieurs enfants du Québec. Il salue l’initiative de sa chef Pauline Marois.

«C’est un problème inacceptable et lancinant. Un problème de savoir-vivre auprès de nos enfants montréalais. Pauline Marois vient de lancer un message clair à ceux qui tiennent les cordons de la bourse au gouvernement», a commenté le ministre.

La CSDM satisfaite

Même si la commission scolaire de Montréal ( CSDM ) a évalué à 100 millions $ par année le montant nécessaire pour «répondre à l’ensemble des besoins, que ce soit aux urgences ou pour assurer le maintien des bâtiments», une somme bien au-delà des annonces d’aujourd’hui, la présidente de l’organisme se dit satisfaite.

«On est satisfait. C’est une bonne nouvelle, a commenté Catherine Harel-Bourdon, présidente de la CSDM. Et on va faire un suivi à long terme pour maintenir notre patrimoine en bon état.»

Du montant de 46 millions, il faut compter 19 millions $ pour la seule école Baril, située dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, qui sera entièrement démolie et reconstruite.

Les écoles Hochelaga et Saint-Nom-de-Jésus, dans l’Est de Montréal, ne figurent pas au programme. La présidente de la CSDM estime que des annonces seront faites au printemps en ce sens.

 

Commentaires