/finance/news
Navigation
Dans vos poches

Les bons conseils d’une mère pour bien planifier sa retraite

Les bons conseils d’une mère pour bien planifier sa retraite
illustration Fotolia.com

Coup d'oeil sur cet article

On me demande souvent comment ais-je pu prendre ma retraite à l’âge de 55 ans. Ayant une maison à prendre soin seule et un fiston qui dévore autant la bouffe que les KO sur le web, il est vrai que vivre, ça coûte cher.

On me demande souvent comment ais-je pu prendre ma retraite à l’âge de 55 ans. Ayant une maison à prendre soin seule et un fiston qui dévore autant la bouffe que les KO sur le web, il est vrai que vivre, ça coûte cher.

Je crois qu’il y a trois bonnes raisons qui ont fait que j’ai pu réaliser mon rêve de vivre ma retraite à 55 ans. J’y rêvais depuis plusieurs années, depuis en fait, la diffusion des ces publicités d’une compagnie d’assurances.

La première, je la dois à ma mère qui m’a, dès l’âge de 18 ans, incité à mettre des sous dans des REER. Je n’avais pas un gros salaire à l’époque, mais à chaque semaine, je déposais un petit 20$ dans un compte créé juste pour ça. On sait que, plus tôt nous investissons dans un régime d’épargne retraite, plus il fructifie au cours des années.

Je n’étais ni policière, ni pompière, mais mon employeur me donnait la chance d’investir dans un fonds de pension fort appréciable. Puis j’ai continué à contribuer à mes REER à chaque année où je le pouvais financièrement. Un petit mille une année, le double l’année suivante et l’héritage de ma douce maman, fut placé en grande partie dans l’épargne retraite.

LA GRANDE DÉCISION

J’ai été, dernièrement, pendant plusieurs mois, en congé de maladie. J’ai eue amplement de temps pour réfléchir à mon avenir. Quand se présentaient des journées où je me sentais mieux, je travaillais à mettre sur pied un budget, chose que je n’avais jamais fait avant.

Puis, j’ai tout mis ça sur papier et j’ai pris rendez-vous avec une conseillère en investissements et retraite à ma Caisse préférée.

J’étais un peu sceptique. 55 ans, c’est jeune pour devenir retraitée. Mais avec les sous épargnés au fil des années, nous avons réussi à construire un plan bien défini qui me permet de voir clair pour les années à venir.

DES DÉPENSES SONGÉES

Bien sûr, les dépenses pour les voyages, les restos, les vêtements et chaussures seront bien planifiées. De toute façon, qui a besoin de renouveler sa garde-robe deux fois par année quand on ne travaille plus. Pour moi, les folies en achats spontanés, c’est terminé. Je savais que je pouvais vivre sans stress la simplicité volontaire. J’étais vraiment prête.

Parlant de simplicité volontaire, voici un conseil qui vous fera épargner des sous et qui se retrouveront dans votre poche.

Vous avez un arbuste qui soudainement désire atteindre le ciel, pourquoi ne pas accepter le prêt du gros sécateur de votre voisine. Je lui remettrai la pareille quand elle aura besoin d’un outil que j’ai peut-être dans mon rangement. Dire qu’avant, je payais quelqu’un pour effectuer cette tâche !


Vous avez des idées pour épargner que vous aimeriez partager avec nos lecteurs ? Écrivez-moi ! Je serai heureuse de vous lire.

Commentaires