/news/currentevents
Navigation
Mystérieux millionnaire | John Babikian

Les Américains s’intéressent aussi au mystérieux millionnaire

La fortune du Montréalais John Babikian intrigue les autorités réglementaires

Coup d'oeil sur cet article

L’origine de la mystérieuse fortune du Montréalais John Babikian, évaluée à 100 M$, n’attire pas seulement l’attention du fisc québécois, mais aussi des autorités américaines.

L’origine de la mystérieuse fortune du Montréalais John Babikian, évaluée à 100 M$, n’attire pas seulement l’attention du fisc québécois, mais aussi des autorités américaines.

Le porte-parole de l’Autorité des marchés financiers (AMF), Sylvain Théberge, a indiqué à notre Bureau d’enquête que son homologue américaine, la Securities and Exchange Commission (SEC), avait contacté l’AMF à son sujet en 2011.

«La SEC en a contre ce monsieur-là, et ils nous ont demandé de les aider à l’identifier», a-t-il dit.

De son côté, la SEC refuse de confirmer l’existence d’une enquête. «Quand nous prenons des mesures contre quelqu’un, ça devient alors public», s’est borné à nous dire un porte-parole de la SEC à New York.

Selon des documents rédigés par un avocat de la Banque de Montréal, John Babikian s’est lancé en affaires dès l’âge de 19 ans. Il a créé une entreprise spécialisée dans la publicité sur Internet, J.B. Marketing.

Babikian aurait d’abord été un spécialiste des pourriels. Au moment de l’ouverture d’un compte d’entreprise à la Banque de Montréal, en 2006, Babikian déclare à la banque qu’il gagne 24 000 $ par année, indiquent des documents.

Pourtant, sa compagnie, J.B. Marketing, fait rapidement transiter des centaines de milliers de dollars dans son compte bancaire. Ces montants sont de sources nébuleuses et très difficiles à localiser.

En mars 2010, la Banque de Montréal fait donc fermer les comptes de banque parce que Babikian, allègue-t-elle, n’est pas capable de fournir des explications satisfaisantes sur ses revenus.


Les démarches de l’AMF dans le cadre de ce dossier sont frappées d’une clause de confidentialité, a expliqué le porte-parole de l’AMF.

 

Sur le même sujet
Commentaires