/news/currentevents
Navigation
Enquête | CUSM

Le mystérieux appartement 8

Pendant des années, le CUSM a fait affaire avec des compagnies dont l’adresse n’existait pas

Coup d'oeil sur cet article

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) a donné des dizaines de contrats à des entreprises dont le siège social était situé dans un appartement qui n’existait pas.

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) a donné des dizaines de contrats à des entreprises dont le siège social était situé dans un appartement qui n’existait pas.

En fait, cet appartement n’a jamais existé et n’existe toujours pas, bien qu’il y ait une boîte de courrier.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les compagnies Vogue et JS Développement ont toutes deux été enregistrées sous l’adresse du 2150, ­ St-Joseph Est, appartement 8, à Montréal.

Si l’immeuble à logements existe bel et bien, il ne compte cependant que sept­ ­logements. Il y avait jusqu’à récemment une banale boîte de bois pour recevoir le courrier de l’invisible appartement 8, ­laquelle vient d’être remplacée par un boitier en métal comptant huit casiers.

Selon les recherches effectuées par ­notre Bureau d’enquête, le 2150 St-­Joseph a appartenu jusqu’en 2012 à une société à numéros gérée par un ancien directeur de l’hôpital, Yanai Elbaz, son frère Yohann Elbaz et un fournisseur de l’établissement, Jean-Loup Mouret.

Ancien directeur

Yanai Elbaz est cet ancien directeur du redéploiement au CUSM arrêté par l’UPAC en février dernier. Il fait face à une pléiade d’accusations en lien avec l’octroi du contrat du futur hôpital à SNC-Lavalin en échange de commissions secrètes. Revenu Canada lui ­réclame également 1,2 million $ en ­impôts impayés.

Le fisc s’était intéressé à lui à la suite des reportages de notre bureau d’enquête indiquant que sa luxueuse maison, évaluée à 1,6 million $ au rôle municipal, avait été financée en partie par des fournisseurs de l’hôpital.

Quant à Mouret, il intéresse l’UPAC depuis quelques mois. Revenu Québec lui a également envoyé des avis de cotisation pour plus de 100 000 $ en impôts impayés.

Mouret a obtenu pour plus de 5,4 millions de contrat du CUSM entre 2005 et 2011, par l’intermédiaire de ses compagnies Méga Développement et JS Développement.

Les locataires du bloc à appartements se doutent depuis longtemps que quelque chose cloche avec ce mystérieux appartement 8.

«Ça n’a jamais existé. Je n’ai jamais posé de questions, mais ce n’est pas normal. Je ne sais pas quel genre de magouilles c’est», dit Jean Garry Laurentin, qui habite le logement numéro 7 depuis neuf ans. À quelques reprises, dit-il, des personnes sont venues cogner à sa porte parce qu’ils cherchaient le logement 8. Selon lui, seul Jean-Loup Mouret avait les clés. Depuis un an, c’est un dénommé Frank Devault qui a pris la succession comme gestionnaire de l’immeuble. Ce dernier a également pris la relève dans plusieurs sociétés et propriétés appartenant à Mouret.


En plus de Yanai Elbaz, son frère, l’avocat Yohann Elbaz, a lui aussi été arrêté en avril. Ce dernier a été pendant plusieurs années l’administrateur de la compagnie à numéro qui gérait le 2150 St-Joseph. Entre 2007 et 2011, il donnait même cette adresse de correspondance à ­l’appartement 3. Ce dernier logement existe vraiment, mais lors du passage de notre Bureau d’enquête, la poignée avait été retirée et la porte condamnée.

Commentaires