/entertainment/music
Navigation
Roch Voisine

Roch Voisine 3 marchés, 3 albums

Coup d'oeil sur cet article

Présent en même temps sur les marchés du Canada anglais, de l’Europe et du Québec, Roch Voisine lance cet automne trois albums: un «greatest hits», Forever Gentlemen et Duophonique. Aussi au programme de la star, des spectacles pour les trois marchés sur lesquels il est actif.

Présent en même temps sur les marchés du Canada anglais, de l’Europe et du Québec, Roch Voisine lance cet automne trois albums: un «greatest hits», Forever Gentlemen et Duophonique. Aussi au programme de la star, des spectacles pour les trois marchés sur lesquels il est actif.

Rencontré à Montréal alors qu’il était en répétition pour ses prochains spectacles canadiens, Roch Voisine nous a parlé de tous ses projets ainsi que des efforts qu’il déploie pour chacun de ses marchés.

«Avec la technologie qui nous le permet, ainsi qu’avec Internet, il est facile aujourd’hui d’assurer une visibilité partout. Mais, cela exige malgré tout énormément de travail et d’organisation», a expliqué d’emblée la star.

Parce que, parallèlement à la sortie de ses albums, il entame aussi une nouvelle série de spectacles du côté des autres provinces, tout en terminant sa tournée Confidences en sol québécois. Et pour ce qui est du territoire européen, ce sont des salles de France, de Belgique et de Suisse qui attendent le chanteur.

«Il ne faut pas oublier que les deux plus grandes stars francophones d’ici reconnues mondialement sont Céline et Roch», rappelle son gérant Mario Lefebvre, qui a déjà été un proche collaborateur de René Angelil.

Une célébrité qui, dans ce cas-ci, exige beaucoup de déplacements de la part de l’artiste. Tour à tour, et seulement pour ses spectacles des prochaines semaines, le chanteur voyagera dans le centre du pays pour ensuite revenir au Québec, puis il retournera dans l’Ouest canadien avant de revenir ici... et finalement s’envoler pour l’Europe.

«Internet permet une visibilité et d’ainsi répartir les efforts de façon égale entre les trois marchés, mais cela ne change rien à la présence de Roch aux shows», d’ajouter Mario Lefebvre.

Des projets multi-artistes

Sur chacun des marchés, donc, Roch Voisine lance presque simultanément trois nouveaux albums. Celui rassemblant les succès du chanteur est en anglais, mais «le greatest hits compte aussi deux nouvelles chansons pour mieux rayonner, précise M. Lefebvre, et il est aussi pour les trois marchés.»

L’album Forever Gentlemen, en collaboration avec d’autres artistes européens, est quant à lui sorti sur le Vieux Continent le 21 octobre dernier. Pour nous, ce ne sera pas avant le printemps prochain. Mais, le chanteur nous en parle d’avance avec chaleur.

«Ce projet est parti d’une belle intention musicale. C’est un rappel du club des années 1950 – The Rat Pack – réunissant quelques-unes des stars les plus populaires de l’époque: Frank Sinatra, Sammy Davis Jr, Peter Lawford, Joey Bishop... Cet album est la reprise de leurs plus grandes chansons, dont plusieurs étaient d’ailleurs en français à l’origine.» Et des autres artistes qui ont collaboré au projet: Garou et Gad Elmaleh, pour ne nommer qu’eux.

Duos

«On s’est demandé ce qu’on pouvait faire de spécial pour marquer les 25 ans de la “Rochmania” au Québec, raconte le gérant de l’artiste, puis on a eu l’idée d’un album de duos avec d’autres artistes d’ici.» Et ce sont, entre autres, Lynda Lemay, Isabelle Boulay, Véronic Dicaire, Florence K, Boom Desjardins, Jean-François Breau, Robert Marien et Patrick Normand qui collaborent sur cet album.

Ce nouvel opus est également une reprise des pièces qui ont marqué la carrière de Roch Voisine, mais revisitées à la manière orchestrale. C’est le Québécois Marc Ouellet, arrangeur et concepteur, qui a revu toutes les grandes chansons du chanteur, sous la baguette de l’ensemble FILMharmonic de Prague. Et selon les commentaires de tous, le résultat est phénoménal, voire cinématographique.

«Duophonique mérite d’être bien écouté, parce que ce sont de beaux moments musicaux. Tu voyages quand tu écoutes ça...», conclut le nominé au Gala de l’ADISQ, ce dimanche.

Commentaires