/entertainment/tv
Navigation
Le Québec | Une histoire de famille

Les Bilodeau

En guerre contre les esclavagistes

Les Bilodeau

Coup d'oeil sur cet article

De 1861 à 1865, les États-Unis ont été plongés dans une terrible guerre civile opposant le Nord et le Sud. L’enjeu? L’esclavage des Noirs, que les nordistes veulent abolir à tout prix. Dans leur armée, plusieurs milliers de Canadiens français. Qui étaient-ils et quelles étaient leurs motivations?

De 1861 à 1865, les États-Unis ont été plongés dans une terrible guerre civile opposant le Nord et le Sud. L’enjeu? L’esclavage des Noirs, que les nordistes veulent abolir à tout prix. Dans leur armée, plusieurs milliers de Canadiens français. Qui étaient-ils et quelles étaient leurs motivations?

Trois Bilodeau ont émigré en Nouvelle-France au milieu du 17e siècle. L’un d’eux, Jérôme, arrive en 1657, mais repar­t 15 ans plus tard sans laisser de descendance. Une autre, Jeanne, une fille du roi, se marie en 1664 avec un certain Pierre Couillard et change de nom. C’est le troisième, Jacques, arrivé vers 1652, qui est l’ancêtre de tous les Bilodeau du Québec.

Celui-ci épouse Geneviève Longchamp en 1654 et s’installe à l’île d’Orléans deux ans plus tard. Dans les documents officiels de l’époque, il signe «Billaudeau». Le couple aura sept enfants, dont cinq garçons, qui transmettront le patronyme. Gros travailleur, l’ancêtre des Bilodeau agrandit sa ferme, achète des animaux, embauche deux domestiques. Avant de s’éteindre, en 1712, il cèd­e sa terre à ses fils Simon et Antoine.

Parmi ses nombreux descendants, un certain Charles Bilodeau, sur lequel on sait peu de choses, sinon qu’il fut l’un des soldats des armée­s du président américain Abraham Lincoln qui combattirent le Sud escla­vagiste.

CAUSES DE LA GUERRE

Une guerre civile a ravagé les États-Unis entre 1861 et 1865. Ce pays comptait alors un peu plus de 30 millions d’habitants. Si l’on additionne les effectifs des armées du Nord et du Sud, ce sont plus de 4 millions d’hommes qui prirent part aux combats et 620 000 qui y laissèrent leur peau. Une saignée terrible qui annonçait les boucheries du 20e siècle. La première guerre de l’ère industrielle.

Les causes de cette guerre sont multiples – et pas seulement morales. Le Nord s’industrialise plus rapidement et réclame des mesures protectionnistes, alors que l’économie du Sud dépend toujours de l’agriculture, des marchés étrangers et d’une main-d’œuvre esclave pour se développer. Le Nord croit que le gouvernement fédéral a le dernier mot sur les grandes décisions, alors que le Sud estime que la véritable souveraineté appartient aux États.

Avec ses 21 millions d’habitants, son industrie et ses chemins de fer, le Nord était certain de l’emporter facilement. Mais la guerre sera longue, car les meilleurs généraux formés à West Point choisiront de servir le Sud esclavagiste.

CHAIR À CANON

Selon l’historien Jean Lamarre, entre 12 500 et 20 000 volontaires canadiens-français ont combattu les armées du Sud. Célibataires pour la plupart, ils ont en moyenne 25 ans et sont des journaliers illettrés – 90% d’entre eux sont inca­pables de signer leur nom sur le contrat d’engagement.

Ces sans-grade viennent tout juste de s’installer en Nouvelle-Angleterre ou dans le Midwest et ils veulent montrer qu’ils sont de bons patriotes américains. D’autres fuient la misère de leur pays d’origine et rêvent d’aventure. Tous déchantent vite, cependant.

Dans son journal de campagne, Charles Bilodeau raconte la dure vie des soldats, souvent obligés de dormir par terre, dans la neige et la boue. Lui-même est atteint du «typhus typhoïde». Une guerre sale, sans pitié.

À mesure que le conflit avance, les volon­taires se font plus rares. Le 3 mars 1863, c’est la «conscription», tous les hommes en âge de combattre doivent servir sous les drapeaux. La mesure provoque une émeute dans les quartiers pauvres de New York.

Si plusieurs Canadiens français prennent part à des batailles célèbres, dont celle de Gettysburg (juillet 1863), d’autres désertent. Jusqu’à 40% d’entre eux vont en effet rompre les rangs vers la fin du conflit.

Même si la cause était noble, ne les jugeons pas trop vite. Qui d’entre nous accepterait aujourd’hui de vivre un tel enfer?


Jean Lamarre, Les Canadiens français et la guerre de Sécession, VLB, 2006. Pour en savoir davantage sur cette famille: www.famillesbilodeau.com

Commentaires